Vous vous rappelez la Kia Shuma ? Moi non plus et c’est tant mieux… Pour Kia ! En effet que de chemin parcouru en 15 ans, à tel point que la nouvelle Cee’d concurrence les références de son segment. Aujourd’hui, le constructeur coréen, qui a réussi se forger une image de bon rapport qualité-prix, grâce à sa fameuse garantie de 7 ans, souhaite aller plus loin et susciter de l’émotion par le dynamisme de ses produits. D’où cette Pro_Cee’d GT, une compacte sympa et épicée avec ses 204 ch. Mais elle va devoir affronter une concurrence très, très affûtée….

Technique

En 2006, la Cee’d avait étonné par ses qualités routières, surtout face à celles de ses devancières. Il faut dire qu’elle avait été mise au point avec des ingénieurs de chez Michelin. Sa descendante capitalise sur cet acquis (et se dote d’ailleurs de Pilot Sport 3 en 225/40 par 18), et dans cette version GT (que le constructeur prend bien soin de ne pas présenter comme une pure sportive mais comme une auto rapide et agréable), les ressorts et amortisseurs ont été durcis et la caisse abaissée de 2 mm, alors que la barre antiroulis arrière s’est vue épaissie. Notons que si la Cee’d (ou Pro_Cee’d en trois portes) se contente d’un classique train avant McPherson à triangles inférieurs (aux attaches plus raides sur la GT) sans pivot découplé, elle reçoit un essieu arrière multibras, à l’instar d’une VW Golf GTI par exemple, alors qu’une Mégane R.S. et une 308 GTI se contenteront d’un essieu de torsion. La GT a été testée de façon extensive sur le Nürburgring – qu’elle boucle en 8 min 45 –, où elle a couvert 480 tours (soit plus de 10 000 km) à 95 % de ses capacités, ce qui équivaut, selon son constructeur, à 150 000 km de conduite routière très active.
Sous le capot, le bloc 1.6 Gamma T-GDI gagne un turbo à double entrée, qui lui permet de développer 204 ch pour 265 Nm de couple. C’est le moteur de la Hyundai Veloster Turbo, mais doté d’une cartographie spécifique qui lui permet d’offrir 24 ch de plus.
Il s’attèle à une boîte 6 manuelle qui a le bon goût de ne pas voir son étagement s’étirer comme un discours de… Pas de politique ! En fait, la 6ème tire à 40 km/h pour 1 000 tr/min, ce qui est très raisonnable vu le couple disponible et le poids limité à 1 359 kg. A la vérité, la Pro_Cee’d GT n’a pas été optimisée pour le marché français (où Kia compte en écouler environ 500 en année pleine) ce qui la pénalise fortement côté malus écolo : avec 171 g/km, elle écope de 1 500 €… Un dispositif de récupération d’énergie au freinage ainsi qu’un stop and start débrayables auraient permis de réduire ce chiffre, mais on moins on dispose d’une boîte bien étagée, ce qui mérite bien un petit sacrifice !

Au volant

Au-delà d’une ligne assez aguicheuse avec ses jantes de 18 et son éclairage de jour se présentant sous forme de deux blocs de 4 diodes, la Pro_Cee’d GT étonne par la qualité de son habitacle. Dessin léché, assemblage soigné, matériaux rigoureusement choisis (plastiques moussés et soft-touch en abondance), il pourrait en remontrer à des autos bien plus en vue. Très avenants, les sièges Recaro mi-tissu mi-suédine offrent un excellent maintien, tandis que grâce au volant réglable en profondeur, on se trouve vite une très bonne position de conduite. Devant soi, on découvre des écrans TFT, permettant d’afficher soit un tachymètre à aiguille classique soit, après qu’on a pressé un bouton sur le volant, la vitesse sous forme digitale mais aussi la température d’eau et la quantité de couple utilisée. De série, on dispose de la clim auto bizone, du toit ouvrant, du GPS, de la sono, des projecteurs au xénon, d’une connectique complète voire d’un rétro jour/nuit automatique : très intéressant.

A la mise en route, au moyen d’un bouton de démarrage, le moteur émet une sonorité sympathique mais discrète. Rapidement, l’amortissement apparaît ferme mais pas cassant, tandis que la direction à assistance électrique, suffisamment légère en manœuvres, adopte par la suite une bonne consistance. Souple et agréable en ville, la Pro_Cee’d GT ne démérite pas loin s’en faut sur l’autobahn reliant Munich à l’Autriche. Toujours silencieuse, même à plus de 200 km/h, elle profite d’une remarquable tenue de cap et avale les courbes rapides en toute sérénité, grâce un volant ferme et précis, un amortissement rigoureux et un équilibre général de fort bel aloi. En prime, grâce à la démultiplication finale modérée, on bénéfice de bonnes reprises en 6ème, même si au-dessus de 220 km/h, la voiture s’essouffle. On retrouve cette homogénéité surprenante sur le réseau secondaire.
Suffisamment communicatif et incisif, le train avant aide à bien placer la Kia en appui. Dépourvue de différentiel sophistiqué, elle laisse ensuite remonter quelques effets de couple à la réaccélération, mais sans que cela ne devienne gênant. Dans le serré abordé très rapidement, elle avoue une tendance nettement sous-vireuse mais réagit au lever de pied et donc, on entretient une cadence propre à se faire plaisir car l’adhérence est abondante. La commande de boîte, certes un peu inconsistante, se révèle rapide mais l’accélérateur manque légèrement de sensibilité, tandis que les freins s’avèrent d’une puissance et d’une endurance fort convenables.

Pour sa part, le moteur 1.6 grimpe gentiment jusqu’à 6 500 tr/min (rupteur à 6 750 tr/min) tout en se montrant très linéaire. Souple et dépourvu de temps de réponse, il manque cela dit d’un peu de caractère et de punch sur les intermédiaires, sans pour autant que cela ne soit rédhibitoire.
Alors oui, tout ceci manque un peu de piment, mais la rigueur est bien là et on se sent bien connecté à la voiture. L’ESP est déconnectable, mais le fait de le débrancher ne change pas la nature de la voiture, surtout que même actif, il n’intervient pas de façon castratrice, autorisant un peu de patinage et de dérive. Surtout, Kia ne ment pas sur le produit : cette Pro_Cee’d GT porte bien son nom. C’est une bonne GT, suffisamment confortable, et non une sportive radicale à la manière d’une Mégane ou d’une Focus RS.
Saine, rigoureuse, rapide, dotée d’une direction agréablement ferme et d’un moteur assez performant, la Kia Pro_Cee’d GT constitue donc une excellente surprise. Dernier détail qui a son importance : en conduite normale (comportant quelques pointes à 200 sur autobahn), la consommation a à peine dépassé 8 l/100 km, embouteillages compris. Les boîtes longues ? Vaste fumisterie !

Face à la concurrence

La Pro_Cee’d GT n’est pas bradée à 28 990 € (+ 1 500 € de malus), mais profite d’un équipement très complet. En face, que trouve-t-on ? La Mégane TCE 190 GT, à 29 600 € hors malus (750 €), un peu moins vive mais au châssis au moins aussi bien réglé, ainsi que la VW Golf GTI, à 31 890 €. Non ‘malussée’ et plus puissante, elle ne revient au final qu’à 1 250 € de plus, mais sans les 7 ans de garantie ni le même équipement. On peut considérer aussi l’Alfa Giulietta QV (31 750 € malus compris), plus performante mais moins amusante, ou encore la Ford Focus ST, nettement plus véloce, mais là l’écart de prix se creuse encore (31 900 € malus compris).

Pour le reste

Une version 1st Edition est disponible au lancement. Limitée à 40 exemplaires sur le marché français, elle se signale surtout par sa décoration spécifique et son prix en hausse de 1 000 €. Pas de version plus radicale en vue ni de boîte à double embrayage.

S.S

Essai : Kia Pro_Cee’d GT
Caractéristiques Kia Pro_Cee’d GT Moteur : 4 cylindres, 1 591 cm³, turbo CO2 : 171 g/km Puissance : 204 ch à 6 000 tr/min Couple : 265 Nm à 1 750 tr/min Vitesse maxi : 230 km/h (constructeur) 0 à 100 km/h : 7,7 sec (constructeur) Prix de base : 28 990 € En vente : Maintenant
Moteur70%
Comportement80%
Qualité & Design75%
Confort & Pratique75%
Emotion75%
LES +
  • Châssis rigoureux
  • Finition
  • Homogénéité
LES -
  • Manque de piment
  • Performances moyennes
75%Note Finale
Note des lecteurs: (8 Votes)
65%

11 Réponses

  1. Gabinovitch

    Bonne surprise cette Kia :) côte design je la trouve très reussite, le profil est très sympa.
    Niveau boite je suis un quadrillion de pourcents d’accord avec vous Stephane.

  2. OLI

    Design exterieur sympa et je trouve les jantes magnifiques.
    Pour l’intérieur, la planche de bord, je ne suis pas un grand fan, et le volant est, à mon goût, immonde et il y a beaucoup trop de boutons et la forme est spéciale…
    Pour le châssis, à ce niveau de gamme on est plutôt bien!
    Bon bien sûr le downsizing ne motive pas à monter dans les tours (je trouve que le régime max est bien bas, mais bon 1.6L oblige…).
    Après niveau tarif, avec la garantie 7 ans, c’est de loin bien mieux que toute la concurrence!

  3. deceed'ment

    Cet essai est un publi-essai ?
    Parce qu’il détonne avec le reste des autres essais…
    quant à la consommation, vous avez réussi à faire moins que les données constructeur tout en roulant à 200Km/h… c’est très crédible.

  4. Stephane

    On ne va pas dire du mal d’une voiture simplement pour faire croire qu’on est plus critique que les autres. Il apparaît après essai de cette Pro_Cee’d GT qu’elle n’a pas de défaut flagrant. Vous voudriez qu’on en invente ? Pour ce que j’ai écrit sur la conso, nous avons joint Kitzbühel à Munich via ville, route et autoroute. Sur cette dernière, nous avons fait des pointes à 200 (pas plus vu le trafic) et non soutenu un 200 de croisière. Dans ces conditions, la consommation à l’ordinateur de bord a été de 8,2 l/100 km, sachant que nous avons eu quelques embouteillages.

    • lexis

      J’ai pour ma part une Cee’d GDI 135ch et la consommation de 8L se fait en conduite normale avec environ 40% d’autoroute (à 110-130), 40% de route (avec pas mal de ronds points) et le reste en ville. Je respecte les limitations et ai une conduite un peu dynamique (mais pas au point de rouler à 200 km/h).

      J’ai du mal à m’imaginer que la version 204ch puisse moins consommer avec des bouchons et des points à 200Km/h quand ma cee’d consomme déjà 10L à 150Km/H…

      Mes consommations sont ici : http://www.deficonso.com/V1886

      (la DCT n’engendre pas de surconsommation)

      • Stephane

        Et pourtant, c’est bien ce que nous avons réalisé. Je pense que cela est dû à la boîte bien étagée qui permet d’avancer correctement sans trop charger le moteur en reprises, donc de rouler en souplesse, en rétrogradant relativement peu.
        En conduite sportive, on passe facilement les 10 l/100 km, mais moins que sur d’autres modèles.
        Nous avions réalisé des chiffres de conso étonnamment bas sur la Golf VII GTI DSG aussi, là encore en conduite banale.

  5. lexis

    Sinon en rouge elle est très sympa et l’intérieur avec les sièges récaro est soigné et le look super.

    Par contre, les xénons ne semblent pas de séries en France.
    Pour moi le prix est trop élevé avec ce malus… on atteint 31 000€ quand même (PM incluse).

  6. Stephane

    D’après le document fourni par Kia, les xénons directionnels sont bien de série en France, tout comme le toit ouvrant, le volant chauffant, les phares et essuie-glace automatiques ou encore la caméra de recul, en plus de ce qui est déjà cité dans l’article. Un équipement qui, me semble-t-il, est le plus complet de la catégorie mais qui comme vous le notez, grève un peu le prix. En Belgique, une version moins bien dotée est disponible dès 25 490 €.

Laisser un commentaire