Chers lecteurs et lectrices du site Speedfans, voici une nouvelle historique en ce début de week-end. Oui, une page dans l’histoire de l’automobile moderne vient de s’écrire officiellement. Voilà en effet que la firme de Molsheim indique que, huit ans après, la dernière unité de la Veyron coupé vient d’être vendue à un mystérieux client européen lequel fait coup double. Primo, il s’offre sa première Bugatti. Secundo, il devient le 300e et dernier acheteur du coupé stratosphérique.

Flash-back. En 1998, Volkswagen rachetait es droits de la marque Bugatti. Un an plus tard, l’entreprise dévoilait à l’occasion du salon Tokio Motorshow le dernier de ses quatre concept-cars, l’étude EB 18/4 Veyron, s’approchant beaucoup de la réalité. On sentait alors que le pas allait être franchi sous peu.

Six ans après à peine, la Veyron passait pour la première fois la barre des 400 km/h avant d’être présentée aux médias et visiteurs du Mondial de Paris quelques six mois plus tard. Sans conteste aucun, le développement de la Veyron reste et restera comme l’un des plus grands et majestueux défis techniques de l’histoire automobile.

Quelques données en guise de piqure de rappel ? Le mythique W, moteur à seize cylindres de 7 993 cm3, à quatre arbres à cames à calage variable et quatre turbocompresseurs, atteint une vitesse de pointe de 407 km/h et développe 1 001 ch.

La boîte de vitesses à double embrayage à sept rapports gère un couple « camionesque » de 1 250 Nm et compte, avec des temps de passage des rapports inférieurs à 150 millisecondes, parmi les boîtes automatiques les plus rapides du monde.

Le 0 à 100 km/h est plié en 2,5 s. Grâce aux freins en carbone céramique dotés d’un système de refroidissement inédit et de l’aileron faisant lors de la décélération office de frein aérodynamique, la voiture de sport réalise, à partir d’une vitesse de 100 km/h, une valeur de décélération de seulement 31,4 mètres et s’immobilise en l’espace de 2,3 secondes ! N’oublions pas le tarif supérieur au million d’euros…

Suivirent de nombreuses séries spéciales ou limitées, quitte peut-être à dénaturer l’unicité de l’auto (Sang Noir, Bleu Centenaire, Pur Sang, FBG Hermes, Pegaso, etc) et la Super Sport , développant 1200 ch et atteignant une vitesse de pointe de 415 km/h. Désormais il reste encore pour Bugatti à écouler les 150 exemplaires de la Grand Sport, des modèles cabriolets qui ne s’arrachent pas franchement comme des petits pains. Voilà donc pour en revenir au coupé que la 300e unité à été achetée par un client européen et dont la livraison interviendra cet automne. La suite chez Bugatti ? Un dénouement pour le concept Galibier ou plutôt Royale si on se réfère aux ultimes rumeurs.

Laisser un commentaire