L’Opel Performance Center y va désormais avec le creux de la cuillère pour gonfler ses moteurs. Il y a douze ans, la première Astra OPC avait un 2.0 de… 160 ch. Aujourd’hui, après une lourde mais puissante – et tous comptes faits très honnête – Insignia de 325 ch, OPC continue de miser sur le nombre des chevaux avec la nouvelle Astra. Une fois de plus, la barre des 250 ch devrait être largement dépassée.

Surprise en cours de séance de développement sous le froid scandinave en mars dernier, l’Astra OPC a entamé l’étape suivante ; le Nürburgring. Au programme : réglages châssis. Celle qui viendra bientôt braver les Mégane RS, feue Focus RS, Golf R, Scirocco R ou future Focus ST sera effectivement armée de sorte d’échapper à la figuration. Il faut s’attendre à un 4-cylindres suralimenté (simple turbo twin-scroll, injection directe et Stop&Start) flirtant de près avec les 300 ch. Ce, tandis que le concept GTC présenté au Mondial de Paris 2010 – préfigurant justement cette Astra OPC – embarquait officiellement 290 ch d’un 2.0 litres turbocompressé.


Certes, la plus canaille des Astra a pris du poids au fil des ans, on souhaiterait alors une certaine retenue. Mais, mais, il se dit bien volontiers que la nouvelle OPC se montrera bien plus hardcore que la précédente, et sera conçue en vue d’offrir de réelles sensations pour les désormais classiques et indispensables sorties circuit. Avec la piste pour objectif, le pseudo-différentiel électronique qui équipait l’ancienne Astra OPC va donc être remercié pour faire place à un vrai système mécanique, de type Quaife. On trouvera également une suspension avant à pivot découplé – comme sur chacun des coupés GTC standards – (même principe que sur les Mégane ou Focus RS), permettant de limiter le déport au sol sur le train avant, donc les effets de couple dans la direction inhérents à une traction de forte puissance. Car oui, elle restera simple traction. Chez Opel et déjà utilisé sur l’Insignia, on appelle ce système l’HyPerStrut. L’ensemble du châssis bien sûr devra ensuite être adapté à une utilisation route/piste, voilà notamment le pourquoi de sa visite sur le ‘Ring. Toutefois, l’Astra nouvelle génération (berline 5 portes) a d’ores et déjà démontré qu’elle possédait un très bon châssis. Une base sérieuse.


Côté look enfin, maintenant que le coupé GTC a été dévoilé, l’intérêt du camouflage complet se réduit. Sans surprise, l’OPC devrait cependant avoir droit à une calandre plus aérée, un large becquet arrière ou des jantes spécifiques. Un modèle qui sera normalement présenté lors du prochain Salon de Francfort en septembre, aux côtés du plus classique coupé GTC, avant une commercialisation attendue courant 2012.

3 Réponses

Laisser un commentaire