Oh, je sens bien qu’on va taxer Speedfans d’anti-Porschisme aigu. Car enfin, ce n’est pas courant de voir un constructeur de voitures de sport multiplier les séries spéciales. Si encore celles-ci se signalaient par une super préparation moteur ou châssis, nous applaudirions. Mais là, Porsche nous livre une Boxster S Black Edition (eh oui, comme la 911) caractérisée simplement par une livrée noire ainsi que des packs d’équipements, en l’occurrence, les Confort, Multimedia et Design. Ceux-ci apportent la clim auto, la hi-fi, les feux au xénon (oui, tout ceci est en option sur une Boxster S) mais aussi la sellerie mi-cuir et les jantes ‘Boxster Spyder’ de 19 pouces. Naturellement, de ces jantes aux sorties d’échappement en passant par les revêtements intérieurs et la peinture, ce roadster est tout noir. Bon, arrêtons les médisances, il reçoit aussi le moteur de la Cayman S, donc développe 320 ch contre 310 à la version S. Résultat, la Boxster Carte Noire, pardon, Black Series, pardon, Black Edition atteint 276 km/h (+ 2 km/h) et passe de 0 à 100 km/h en 5,2 sec (- 0,1 sec), voire 4,9 sec si on coche les options boîte PDK et pack Sport Chrono Plus. Surtout, Zuffenhausen ne facture pas ces équipements au prix fort, puisqu’à 64 741 €, cette édition limitée à 987 exemplaires revient à près de 3 000 € de moins qu’une version S nantie d’une dotation comparable : on applaudit bien fort.

Surtout, ce genre d’opération permet de faire parler à moindre coût d’un modèle en fin de carrière : une campagne de pub coûterait infiniment plus cher que quelques équipements repris par tous les médias internationaux pour pas un rond. Finalement, c’est peut-être nous qui devrions demander de l’argent à Porsche pour parler de ce genre de modèle (d’ailleurs, une Cayman Black Edition devrait suivre, vous voulez qu’on en parle dès qu’on a le communiqué de presse ?).

Laisser un commentaire