Audi ajoute à son catalogue une Renn Sport. Un modèle qui se sera fait attendre plusieurs années pour finalement débarquer au printemps 2011. On parle ici de la RS3, A3 intégrale à moteur cinq cylindres.
Son cœur sera le même que celui du coupé TT RS. Un excellent 5-cylindres 2.5 turbo à injection directe conçu conjointement par Audi et sa filiale Quattro. Adoptant une distribution totalement variable, un turbocompresseur double volute soufflant à 1,2 bar et un taux de compression imposant pour un bloc turbo (10 :1), il offre toujours ici 340 ch à 5 400 tr/min et 450 Nm de 1 600 à 5 300 tr/min. Très compact, il aura trouvé suffisamment de place sous le capot de la petite berline. Seule la carrosserie 5 portes a d’ailleurs été retenue. Il s’agit donc de la ‘RS3 Sportback’, dans le texte – non simplement de la ‘RS3’. Raison invoquée : distinguer clairement ce modèle du coupé TT RS. Une RS3 Sportback pour ceux qui auraient aimé opter pour le coupé Audi à 5-cyl, mais rebutés par son manque d’espace et de praticité. Pour le moment, Audi ne prévoit donc pas de ‘RS3’.

Inconvénient d’une A3 5 portes sur le modèle 3 portes : 40 kg environ. Et avec la transmission intégrale Quattro, la boîte S Tronic à double embrayage (seule disponible), l’équipement complet et le fameux cinq cylindres, le total s’élève tout de même à 1 575 kg ! Coup dur pour la vivacité… Ce sont 125 de plus que le TT RS, 120 de plus qu’une S3, 108 de plus qu’une Focus RS500, et sans doute davantage également que la BMW 1M à venir (dont on ne connaît pas encore les caractéristiques précises). Cependant, Audi annonce un 0 à 100 km/h identique à celui du TT RS : 4,6 sec. La prise de poids aura été compensée ici par le travail de la transmission S Tronic à sept rapports (le TT RS possède lui une boîte 6 manuelle) et le système de launch control associé, pour des départs canons et des passages de rapports écourtés. La vitesse de pointe reste quant à elle limitée à 250 km/h, du classique, tandis qu’Ingolstadt annonce une consommation optimiste, normalisée, de 9,1 l/100 km.
Côté châssis, les voies avant ont été élargies, la hauteur de caisse abaissée de 25 mm par rapport à une A3 standard, les réglages de suspension ont été revus et le système de freinage adopte des disques avant ventilés de 370 mm de diamètre, 310 à l’arrière. Particularité de la RS3 Sportback, ses pneus avant seront plus larges que ceux du train postérieur : 235/35 à l’avant, 225/35 à l’arrière. Pour le moins peu courant, il s’agira de proposer un arrière train un peu plus joueur. Une solution parmi d’autres ; verrons pour le résultat.A l’intérieur, le confort reste de mise – et la liste d’options devrait être toujours aussi consistante. Tandis qu’à l’extérieur, le look de l’auto reprend les codes des modèles RS les plus récents, TT et RS5 : bouclier avant spécifique largement aéré, jantes couleur titane de grand diamètre, becquet arrière et diffuseur. Dans l’ensemble un cocktail qui n’a rien d’innovant au coeur la famille Renn Sport. Aucune surprise à l’horizon tant par la nature du groupe motopropulseur que de l’aspect extérieur. Ainsi, quitte à rester dans la tradition familiale, on pourra lui soupçonner quelques défauts, à l’image des TT RS ou RS5. L’auto pourrait ainsi pécher par un manque de caractère et d’implication de son pilote, au profit de la facilité de conduite et du sentiment sécuritaire.
Cette nouvelle RS, autre descendance de la RS2 avec sa taille compacte, sa transmission intégrale, ses cinq portes, son cinq cylindres en ligne et ses 1 575 kg (le modèles des années 90 de 315 ch, 1ère RS, en faisait 1 595), aura tout de même un avantage face au coupé TT RS auquel il chipe la mécanique. Outre sa plus grande praticité au quotidien, son prix devrait s’avérer bien moindre. Tout juste 50 000 € comme tarif de base (environ 7 000 € de plus qu’une S3 Sportback de 265 ch), un TT RS étant affiché 59 900 € minimum. Mais, de là à dire qu’il s’agira d’une bonne affaire… ?

Laisser un commentaire