L’automobile n’est plus à enfermer dans des cases et ses catégories bien définies se chevauchent désormais à foison. Des berlines coupés, des coupés 4×4, des coupés-cabriolets et d’étranges créatures comme la BMW Série 5 GT qui mélangent les genres. Et voilà que Nissan bâtit encore une passerelle entre deux mondes, celui du tout-terrain et l’univers des cabriolets. Le constructeur nippon présente au Salon de Los Angeles 2010 le Murano découvrable (sans le moindre arceau..).
Ou Murano CC, non pas pour coupé-cabriolet (bien qu’il n’ait que deux portes), mais CrossCabriolet. Une nouvelle race qui conjugue une caisse haute sur pattes et de grosses roues à l’absence de pavillon. Pour l’occasion le Murano a perdu en route deux portes et un pavillon, et voit sa face arrière redessinée, inspirée du roadster 370Z (qui gardera notre préférence). Il n’était pas un secret que le Murano s’avère infiniment plus à l’aise sur route bitumée, et des beaux quartiers si possible, une déclinaison en objet fashion pour clientèle féminine aisée pouvait donc bien tomber sur lui, davantage que sur un Patrol ou Pathfinder.
Sous sa carrosserie se cache un unique V6 3.5 associé à une transmission CVT Xtronic de seconde génération. Les détails concernant ce CC d’un nouveau genre (poids, prix) ne sont pas encore tous dévoilés, mais quoi qu’il arrive il ne serait pas encore question pour Nissan de le commercialiser en Europe. Présenté à Los Angeles, il devrait être un modèle principalement réservé au marché nord-américain (dès début 2011, il ne s’agit donc pas d’un concept). Ce qui ne nous défend pas de préciser qu’il n’aura droit à quatre roues motrices qu’en option, terminant de prouver qu’il ne s’agit en rien d’un franchisseur. Tant mieux, on aurait eu quelques interrogations point de vue rigidité.

Laisser un commentaire