Les australiens peuvent parfois se sentir un peu seuls, loin de tout, perdus sur leur immense île ; les plus grands salons, les présentations officielles, nombre d’évènements automobiles prennent souvent place de notre côté de la planète plutôt que du leur. Toutefois, les insulaires de l’autre bout ont comme les américains la culture du V8, des berlines à gros cubes, d’une certaine forme de divertissement. Au sommet du genre, vient d’être présentée à l‘Australian International Motor Show de Sidney en ce mois d’octobre 2010 la Walkinshaw Performance Commodore Series II.
En plus d’un lourd passé dans le milieu de la F1, Tom Walkinshaw est également un proche de Holden (propriété de GM), ayant été à l’origine de Holden Special Vehicules, célèbre pour ses préparations musclées. Aujourd’hui, Tom Walkinshaw en a terminé avec HSV et a monté sa propre structure, Walkinshaw Performance. Et voilà son dernier joujou.
Basé sur la berline Holden Commodore Series II SS, le modèle WP ne fait pas dans la demi-mesure. Le V8 6.0 d’origine reçoit dans ce cas un compresseur (Edelbrock WP 230) faisant grimper la puissance de moins de 400 à : 625 ch pour un couple de 780 Nm !… Davantage qu’une 599 GTB ou qu’une 911 GT2 RS. Ceci dans un flacon qui l’air de rien passerait presque inaperçu, si ce n’étaient ces jantes noires cinq branches typées course ou ce capot profondément ajouré. Egalement, suspension spécifique et freinage Bilstein largement dimensionné sont de la partie. Juste l’air de rien mais sans doute capable de beaucoup. Evidemment, ça ne roulera jamais chez nous. Mais une berline capable d’affoler – du moins par les chiffres – un cheval cabré de gros calibre, ça ne se présente pas tous les jours. Et puis, lorsque le travail est signé Walkinshaw ; ancienne pointure de la F1 et superviser du championnat australien ‘V8 Supercars’…

Laisser un commentaire