Celle qui agace la concurrence par ses capacités ahurissantes offertes à prix d’amis ou presque, la Nissan GT-R, c’est bien elle, revient en 2011 plus musclée que jamais.
Aka Godzilla continue sa carrière et comme il était prévu pour toute la durée de vie de ce modèle R35, chaque année est l’occasion d’apporter un lot d’améliorations. La concurrence n’a pas fini de s’agacer. D’autant que pour le festival 2011, les watts sont à la hausse. Ou bien, la réalité de la fiche technique rejoint celle du banc d’essai, pourrait-on dire. Car si jusqu’alors la GT-R annonçait 480 puis 485 ch, il a été plusieurs fois démontré qu’elle en possédait en réalité un peu plus, cachottière.
Mais cette fois, Nissan annonce officiellement 530 ch à 6 400 tr/min et 612 Nm de 3 200 à 6 000 tr/min. Il s’agit donc d’une hausse plutôt conséquente : + 45 ch et 24 Nm pour des régimes de valeurs maxi identiques. (Il sera intéressant de la repasser au banc tout de même). Parmi les explications de cette augmentation, une pression de turbocompresseur modifiée, tout comme l’admission, l’injection et l’échappement. L’ECU n’a pas été oublié. Malgré ce renfort de cavalerie, Nissan annonce par ailleurs des consommations en baisse.
Côté châssis, la suspension est revue (ressorts, amortisseurs, antiroulis, chasse) afin d’améliorer à la fois l’agilité de l’auto en courbe et sa stabilité en ligne droite. De nouveaux réglages de suspension effectués alors que la GT-R chausse de nouvelles jantes Rays de 20’’ censées être à la fois plus rigides et légères, là encore au bénéfice de l’agilité. Elles recevront en monte standard des Dunlop, les SP SPORT MAXX GT 600 DSST CTT, précisément. Le système de freinage a lui aussi été revu intégrant de nouveaux disques de 390 mm spécialement développés par Nissan (annoncés comme plus puissants, résistants au fading – perte d’efficacité à chaud – et ayant une plus grande longévité).
Enfin, nous en avions déjà fait état, cette GT-R 2011 a son aérodynamique légèrement retravaillée. Esthétiquement, les changements sont mineurs – le bouclier avant a été discrètement retouché, tout comme le diffuseur et le bouclier arrière ou les soubassements – mais ils permettent tout de même selon Nissan une augmentation de l’appui de 10 % tout en réduisant la traînée. Des améliorations qui toucheront la GT-R standard ainsi que la Spec-V, toujours au catalogue. Une version Club Track sera également proposée, spécialement conçue pour les évènements sur circuit. Puis un modèle nommé Egoist (et non Spec-M finalement), davantage tourné quant à lui vers le confort des passagers et reconnaissable à son aileron en fibre de carbone, ses jantes couleur titane et sa sortie d’échappement empruntée à la Spec-V.
Godzilla revient donc plus motivé – et puissant – que jamais pour continuer de défier la concurrence. 530 ch et quatre roues motrices comme une… 997 Turbo S, par exemple. Les tarifs, très probablement en légère hausse, n’ont pas encore été communiqués, pas plus que les performances ou le fameux temps de la bête sur la Nordschleife.

Nissan GT-R Egoist ?

Nissan GT-R Spec-V ?

Laisser un commentaire