Certains ne comprendront jamais l’intérêt de rouler en Catheram. Les niveaux de confort sont aujourd’hui hauts perchés et une Catheram n’est pas ce qu’on pourrait appeler un salon roulant. Ce serait plutôt la salle de jeu. Parmi les offres ‘relativement’ accessibles mais déjà réjouissantes, il y a la Roadsport 125 qui comme son nom l’indique, a un petit bloc de 125 ch. Rien d’impressionnant si ce n’est qu’il n’a à déplacer que 545 kg. Son rapport poids/puissance s’avère donc déjà des plus attrayants.
C’est sur cette base que la petite marque dévoile une édition spéciale, la Roadsport 125 Monaco. Un modèle rendant hommage au passé du rocher, particulièrement riche d’évènements sportifs. Monte Carlo n’est pas qu’une destination de jet-setter et les petites routes avoisinantes siéraient parfaitement à ce petit modèle. Il s’agit d’une version d’entrée de gamme, particulièrement dépouillée, dépourvue du châssis large SV (tout de même disponible en option). La Monaco s’habille d’une carrosserie en aluminium brossé, d’un nez et de garde-boue noirs, tandis que les couleurs de la principauté viennent s’apposer sur ses flancs. A l’intérieur, dans une ambiance très sombre, l’aspect spartiate se mêle à quelques touches de cuir, tout de même.
Sous le capot, c’est donc le petit 1.6 Ford Sigma de 125 ch qui demeure, accolé à une boîte à cinq rapports. Catheram annonce ici une masse de 500 kg (encore moins qu’à l’accoutumée) pour une accélération de 0 à 100 km/h d’à peine 6,0 sec. La vitesse de pointe est limitée à 180 km/h, mais avec elle, ça n’est vraiment pas le plus important.
La petite Catheram Monaco censée jouer les entrées de gamme est affichée 20 995 £ dans son pays d’origine (25 525 de nos euros après conversion). Malheureusement, aucune spécification n’est encore dévoilée quant à une éventuelle déclinaison au tarif français. Chez nous, la Roadsport 125 débute à un coquet 32 995 €.

Laisser un commentaire