La Lotus Evora adore les esses, c’est bien connu. On en parlait il y a quelques jours, la venue de cette Evora S se profilait sans que l’on en connaisse encore les caractéristiques précises. C’est désormais officiel, elle arrive ; la voici d’ailleurs en images. A première vue, les changements ne sont pas des plus nombreux. Un élément met cependant la puce à l’oreille ; un diffuseur arrière sacrément plus impressionnant que le précédent, que le fond blanc et l’angle du photographe mettent ici parfaitement en valeur (un petit coup d’oeil ci-dessous). En plus du S qui suit le prénom de cette Lotus, il sera donc impossible de la confondre avec une simple Evora. Un diffuseur qui, d’après ce que l’on connaît du petit constructeur, n’est pas là uniquement pour impressionner la galerie.
On en vient aux changements qui ne se voient pas, mais qui devraient s’entendre et se sentir une fois le derrière calé dans le baquet et les mains sur le volant. C’est un peu le principe de cette Evora S, le moteur envoie plus de puissance. Monté transversalement en avant du train arrière, le V6 3.5 VVT-I d’origine Toyota est maintenant accouplé à un compresseur, permettant ainsi d’augmenter puissance et couple de manière significative. De 280 ch à 6 400 tr/min et 342 Nm à 4 700 tr/min, le V6 passe ici à 350 ch à 7 000 tr/min (régime supérieur) et 400 Nm à 4 500 tr/min (régime inférieur). Demeure le bouton ‘Sport’ (en option sur l’Evora) qui augmente le régime maxi, écourte la course de l’accélérateur ou modifie le seuil d’antipatinage. Ainsi, autant les performances globales, les envolées du moteur, que l’agrément à bas et moyens régimes devraient sensiblement s’améliorer. D’ailleurs, Lotus annonce un 0 à 100 km/h de 4,8 sec et 277 km/h (contre 5,1 sec et 261 km/h pour l’Evora). Du Cayman, la cible de cette Evora S se transformerait donc aisément en une grenouille à sac à dos : Une 911 Carrera, ses 345 ch, 390 Nm, 1415 kg, 4.9 sec au 0 à 100 et 289 km/h en pointe (et 86 000 €, minimum). La berlinette Lotus a pris du grade.
Devenant S, l’Evora a également pris quelques kilos. De 1380 kg officiels, on passe ici à 1437 kg précisément. Malgré cela, le rapport poids/puissance est bien entendu meilleur que pour une simple Evora. Parmi les nouveautés, on peut énumérer un système de freinage renforcé composé de disques percés, ou encore un tout nouvel échappement actif. Bien sûr, les réglages de suspension (toujours ressorts Eibach, amortisseurs Bilstein) ont été retravaillés pour s’adapter aux nouvelles capacités du moteur.
En bref, une auto parfaitement réjouissante en perspective. Sa commercialisation devrait débuter après le Mondial de Paris 2010, mais on attend toujours ses tarifs (on peut imaginer un prix de base situé entre 70 000 et 75 000 €). L’Evora a un châssis absolument fantastique, ne lui manquait plus qu’un peu de caractère moteur. Le méli-mélo s’annonce délicieux. Les zigzags aussi.

Laisser un commentaire