Avant même le lancement de la SLS, Mercedes et AMG avaient confirmé qu’une version tout électrique de la nouvelle venue était en développement. Aujourd’hui, la SLS AMG est en vente, munie d’un merveilleux V8. Tandis que son homologue aphone poursuit sa route qui la conduit vers son objectif : une mise en production. Seulement, la route est longue. L’arrivée au catalogue ne se fera pas avant 2013.
D’ici là, Audi devrait avoir pris un peu d’avance, ayant sorti une petite série de l’e-tron (prévue pour 2012). Un peu d’avance sur le calendrier, précisons. Les concepts techniques étant par endroits très similaires : Pas d’hybridation mais du tout électrique. Quatre moteurs indépendants couplés chacun à une roue. Des performances annoncées plutôt intéressantes. Et malheureusement, l’absence de rugissement…
Pour sa part, la SLS électrique suit son programme de développement comme prévu. Premiers tours de roue fin 2009, et profondes séances de test en 2010.
Et justement, Mercedes et AMG officialisent l’arrivée de leur prototype pour cette année, photos à l’appui. Baptisé E-Cell et non plus e-Drive, cette SLS dévoile par ailleurs ce à quoi pourrait ressembler ce modèle électrique. On pourra ainsi constater qu’il n’y a que peu de changements (lèvre avant, diffuseur arrière, absence d’échappement, et un intérieur remanié). Finalement, on remarquera avant tout ce jaune, absent du catalogue standard AMG. ‘AMG Lumilectric magno‘ dans le texte. Parfait pour obtenir la pleine attention des passants, étant donné que l’engin ne fait pas de bruit. Ou si peu, en particulier à basses vitesses. AMG ayant d’ailleurs rejeté l’idée d’un générateur de son, trop artificiel. Ils lui préfèrent sans doute une teinte de carrosserie perçante tape-à-l’oeil.

Par rapport à ce qui était annoncé précédemment, ce prototype E-Cell retient les mêmes caractéristiques techniques. Quatre moteurs électriques. Deux à l’avant, deux à l’arrière. Un pour chaque roue, actionnés indépendamment. Ce qui permettra d’optimiser l’agilité de l’auto par application intelligente du couple entre roues intérieure/extérieure en virage. Un couple qui s’élève au total à 880 Nm, pour une puissance combinée équivalente à 533 ch. Cependant, il est suggéré qu’une puissance maxi de 652 ch est techniquement possible, si l’on ne se soucie guère de l’autonomie.
Une équipe au sein d’AMG se consacre spécialement à ce modèle électrique, ce depuis déjà plus de deux ans. Les ingénieurs n’auront pas eu à modifier en profondeur les caractéristiques de la structure aluminium de la SLS. Gain de temps, d’argent. En revanche, l’architecture des trains à double triangulation a été remaniée à cause de l’implantation des moteurs électriques dans cette région. (Pour rappel, ces quatre moteurs ne sont pas insérés dans les roues mais ‘inboard’ pour limiter les masses non-suspendues et ainsi faciliter le travail d’amortissement.)
Autres éléments susceptibles de maintenir le bon équilibre de la GT : une répartition des masses favorable et un centre de gravité abaissé. Les packs de batterie Li-ion polymère ont été judicieusement placés en arrière des passagers, et au coeur du tunnel de transmission – agrandi pour l’occasion. AMG ne précise pas le poids de ce prototype mais il pourrait être sensiblement supérieur à celui de la SLS AMG V8, et contrairement à une e-tron qui maintient sa masse au niveau de celle d’une R8 V8. Malgré tout, AMG maintient lui ses prévisions : une accélération de 0 à 100 km/h ne demandant pas plus de 4,0 sec. À peu de chose près ce que demande une SLS AMG savoureusement bruyante. Pour le reste, vitesse de pointe, autonomie, temps de charge… Rendez-vous dans les mois à venir pour de probables précisions. Et dans trois ans, pour le produit fini prêt à brancher sur le secteur.

Laisser un commentaire