Pas sûr… La marque d’hyper-luxe ranimée par Daimler en 2002 n’est pas en grande forme. Depuis sa renaissance, elle n’aura jamais su convaincre les très grands de ce monde ; seuls à pouvoir s’offrir ne serait-ce que le plus modeste des modèles proposés. Alors que l’on doute fort de sa vitalité à moyen ou long terme, aucun véhicule pouvant succéder aux Maybach 57 et 62 n’est encore en développement. De quoi percevoir Maybach comme une marque moribonde, ou sur le point de le devenir.
Mais comme pour tenter de garder la tête haute et avoir au moins une nouveauté à se mettre sous la dent, l’annonce d’un coupé fait son apparition. Il s’agit en fait d’une modification de carrosserie qui devrait être réalisée par le spécialiste en la matière Xenatec (adepte de transformation de carrosseries et allongement de châssis) avec la bénédiction de Maybach. C’est de cette petite entreprise basée en Allemagne que viennent ces premiers dessins. Tandis qu’il se dit que le chef du design Mercedes, Gordon Wagener en personne, y aurait même apporté son coup de crayon. Ou aurait tout du moins supervisé la transformation. Ainsi, une étroite collaboration entre Maybach et Xenatec.
Le projet est celui d’un coupé deux portes ayant pour base la berline 57 S.
La longueur totale resterait identique au modèle à quatre portes (5,73 m). Mais le profil s’en trouverait bien plus élancé, et les voies discrètement élargies. Plus élégant que la berline, certes, mais pas de quoi sauver Maybach de la banqueroute.
Car il s’agit finalement toujours du même modèle, basé sur l’ancienne génération de Classe S. Même suréquipé et muni d’un V12 de 630 ch, il ne pourra guère faire le poids face aux ennemis de toujours, Rolls-Royce en tête. Car pour couronner le tout, le prix annoncé est de 650 000 €… Décourageant. Même une Phantom Coupé est affichée 200 000 € de moins !
Et si toutefois ils trouvaient preneurs, seuls 100 exemplaires de ce coupé 57 S sont prévus. Une vraie fausse nouveauté qui ne devrait pas changer grand chose au triste sort de Maybach.

Laisser un commentaire