Restylé en début d’année 2014, le coupé Scirocco, âgé déjà de 6 ans, conserve un certain attrait esthétique. Nanti de la même puissance que la Golf VII GTI, parvient-il à rester dans le coup dynamiquement ?

Technique

scirocco-tsi-moteur

Si la plate-forme MQB commence à se répandre à vitesse grand V dans le Groupe VW, la Scirocco conserve celle de la Golf VI, elle-même une évolution de la Golf V. Ce n’est pas un souci en soi, d’autant que les suspensions n’ont rien de simpliste, puisque à l’arrière, on trouve une épure multibras quand la Peugeot RCZ, par exemple, se contente d’un essieu déformable. En option, la Scirocco peut se doter d’amortisseurs pilotés DCC (+ 1 050 €).

Sous le capot, la TSI 220 développe une puissance identique à celle de la Golf VII GTI. Normal puiqu’elle s’équipe du même moteur, donc adopte la double injection ou encore les collecteurs intégrés à la culasse, garants d’un meilleur rendement. Ainsi, outre ses 220 ch, cette mécanique propose tout de même 350 Nm de couple, soit la même valeur que sur la Scirocco R, obtenus à un régime plus bas : 1 500 tr/min contre 2 500 tr/min. En mixte normalisé, la Scirocco 220 est annoncée à 6,0 l/100 km de consommation, soit 139 g/km de CO2, donc n’écope que d’un petit malus : 250 €, contre 4 000 € à la R. En supplément, on trouve la boîte 6 DSG (1 590 €) qui alourdit le malus à 900 €.

Les performances officielles s’avèrent intéressantes, avec une vitesse maxi annoncée à 246 km/h et un 0 à 100 km/h exécuté en 6,7 sec, soit 1 sec de plus que la R.

Au volant

scirocco-tsi-cockpit

A bord, on est d’abord séduit par la qualité de finition, apparemment supérieure encore à celle de la Golf VII. Au sommet de la console centrale trône une batterie de 3 cadrans (température d’huile, chronomètre et pression de turbo), très sympathique. En revanche, point ici de modes de conduites sélectionnables depuis l »écran tactile, ce montage n’étant possible, selon les ingénieurs de VW, qu’avec la MQB… On dispose tout de même d’une touche ‘Sport’ agissant sur la cartographie moteur, l’assistance de direction et l’amortissement piloté tous ensemble mais pas indépendamment les uns des autres.

scirocco-tsi-cadrans

Malgré une assise un peu courte, je trouve une bonne position de conduite et lance le moteur. Plus silencieux que dans la R, il n’en conserve pas moins une sonorité agréable. La direction manque un peu de consistance à mon goût mais elle s’avère précise, tandis que la commande boîte séduit par sa douceur. Et en ville, l’épaisseur des montants combinée au pare-brise très bas complique singulièrement la visibilité vers l’avant. Sur route, je sélectionne le mode ‘Sport’: tout s’affermit sauf, évidemment, la pédale de frein qui reste d’une mollesse horripilante.

scirocco-tsi-route

Réglée ainsi, la Scirocco ne se transforme pas en bout de bois. Au contraire, elle garde une certaine souplesse de suspension, qui se traduit par des mouvements de caisse nettement plus marqués que sur la R. Comme elle ne dispose pas d’une monte pneumatique aussi performante, elle n’a pas une aussi bonne adhérence. Mais, étonnamment, cela lui profite plutôt. En effet, non seulement la direction devient du fait de la souplesse du châssis plus communicative, mais en plus, on approche plus rapidement les limites du châssis, donc peut plus aisément jouer avec son équilibre, en faisant par exemple bouger l’essieu arrière au lever de pied quand on s’inscrit en virage. La TSI 220 conserve d’excellentes aptitudes dynamiques, donc se montre efficace même si elle n’a rien d’un scalpel dans les virolos. Surtout que dépourvue de vrai différentiel à glissement limité (elle se contente d’un XDS), elle pâtit de légers effets de couple à la réaccélération. Mais sa vocation, c’est plus le voyage que l’attaque.

scirocco-tsi-filé

Sur autoroute, pardon, autobahn, le moteur affiche un effet turbo plus marqué sur la R et profite d’un punch assez comparable jusqu’à 180 km/h. Autant dire qu’il gratifie d’excellentes performances, ne s’essouffle jamais et produit quand on le cravache un cri rauque bien plus plaisant que le râle artificiel de la R. Le tout dans un confort supérieur. Bref, la Scirocco TSI 220 distille un meilleur agrément de conduite, et avec sa bonne habitabilité, se montre d’une homogénéité tout à fait appréciable.

 

Face à la concurrence

Facturée 32 380 € en finition Sportline, la Scirocco TSI 220 entre en concurrence avec la Renault Mégane R.S. forte de 265 ch (32 350 €), et autrement plus efficace. Mais elle pâtit de 2 200 € de malus et se montre moins confortable et relaxante à conduire. Affaire de goût car on ne peut dire qu’elles soient directement opposables, la française jouant la radicalité et l’allemande, la polyvalence. L’Audi TT 230 réclamant 8 000 € de plus ne s’adresse pas tout à fait à la même clientèle, contrairement à la Peugeot RCZ THP200. Affichée à 33 100 € (et 1 600 € de malus), celle-ci se montre plus précise à conduire et tout aussi confortable mais moins pratique au quotidien de par ses places arrière inutilisables et son absence hayon. Reste la BMW 220i Coupé (dès 33 300 € et 900 € de malus). Larguée côté puissance (184 ch), elle sait en revanche prodiguer des agréments typiques aux propulsions. On pourrait aussi citer l’Opel Astra GTC 200 (32 000 € + 1 600 € de malus), mais son poids très élevé la pénalise. En somme, la Scirocco TSI 220 apparaît extrêmement compétitive, mais elle bute sur une concurrente interne au Groupe VW : la Seat Leon Cupra SC 280 (31 995 € + 1 600 € de malus). Bien plus performante, efficace, équipée et agréable à conduire, elle ne profite ni de la même élégance (c’est plus une berline 3 portes qu’un coupé, comme la Mégane et l’Astra) ni d’une finition aussi léchée, mais elle reste diablement tentante…

Pour le reste

Produite à environ 250 000 exemplaires depuis son lancement, la Scirocco va perdurer encore 2 ans sous cette forme. Ensuite, sa descendante profitera de la plateforme MQB.

scirocco-tsi-statique

Essai VW Scirocco TSI 220, vieux pot mais bonne coupe
Moteur : 4 cylindres, 1 984 cm3, turbo, CO2 : 139 g/km, Puissance : 220 ch à 4 500 tr/min, Couple : 350 Nm à 1 500 tr/min, Poids : 1 294 kg (5,8 kg/ch), Performances : Vitesse maxi : 242 km/h (constructeur), 0 à 100 km/h : 6,7 sec (constructeur), Prix de base : 32 880 €
MOTEUR80%
COMPORTEMENT75%
QUALITE & DESIGN90%
CONFORT & PRATIQUE80%
EMOTION75%
Les +
  • Moteur performant et agréable
  • Châssis plaisant
  • Confort et polyvalence
Les -
  • Freinage très mou
  • 6 ans déjà...
  • Visibilité
80%Note Finale
Note des lecteurs: (46 Votes)
54%

Une réponse

  1. Speed

    Comme quoi, un produit bien né reste une référence même si il n’est plus au top technologiquement. Encore faut t’il que la dite technologie apporte quelque chose à la conduite, ce qui n’est pas toujours évident pour e quidam au quotidien!!!

Laisser un commentaire