Difficile d’imaginer les VW Polo, Seat Ibiza ou Skoda Fabia rouler à plus de 300 km/h. Des autos qui partagent leurs dessous avec l’A1. Mais puisque la petite Audi est une Audi, elle a droit à quelques attentions particulières. Notamment, elle s’attire les faveurs de Mr Mayer, créateur et patron de MTM. Lui et son équipe se sont en effet occupés de son cas et de son groupe motopropulseur, pour un résultat qui s’avère parfaitement impressionnant.

C’est souvent le cas du travail signé MTM, mais il l’est là, tout particulièrement. Exit le 4-cylindres de l’A1. Puisqu’il s’avère assez compact en plus d’être brillant, le 5-cylindres 2.5 turbo des TT RS ou RS3 prend ici place. Puis, il est inévitablement modifié pour atteindre un maximum de 500 ch et 600 Nm. À ce stade, l’A1 égale donc presque le niveau de puissance d’une R8 V10 (525 ch), mais la dépasse en termes de couple (530 Nm). À noter tout de même le culot de faire passer 600 Nm sur le seul train avant. Car oui, la petite reste traction. Elle se pare ici d’une transmission manuelle à 6 rapports et de pneumatiques acceptant les très hautes vitesses.

Résultat, la pocket rocket en remontre à quelques supersportives. Le 0 à 100 km/h est annoncé à 4,5 sec, le temps que le couple passe au sol. Mais une fois lancée, la petite munie de jantes pleines afin d’améliorer son aérodynamique a enregistré lors du fameux rassemblement à Nardo une vitesse de pointe de 324 km/h !… Soit la vitesse d’une Lamborghini Gallardo LP570 Superleggera.

Un travail qui rappelle le concept A1 Clubsport Quattro 2.5 TFSI de 500 ch et 660 Nm révélé à Wörthersee cette année. Un concept qui, contrairement à l’A1 signée MTM, ne s’était exposé qu’en statique. Enfin, MTM n’a pas encore annoncé s’il envisageait de proposer cette stratosphérique A1 ou équivalent en vente libre. Bien peu raisonnable… Ou prévoyez un sérieux budget pneus avant !

Laisser un commentaire