La première McLaren des routes depuis la mythique F1 semblait parfaitement aboutie, emmenée par l’expérience de la marque en compétition et le très efficace Ron Dennis. Sa production a débuté il y a quelques mois et les toutes premières livraisons auront lieu d’ici une semaine.

Mais alors que les premiers clients n’ont pas encore reçu leur joujou extra, McLaren annonce que des modifications vont être apportées à la MP4-12C… Des rectifications de dernière minute, voilà à quoi cela ressemble. Une parade que connaissent finalement bien les écuries de Formule 1 qui, jusqu’à la dernière seconde avant le départ d’un Grand Prix, tentent bien souvent d’améliorer encore leur machine.

Et ces petits changements visant la MP4-12C font suite aux critiques presque unanimes au sein de la presse spécialisée. Car les journalistes essayeurs du monde entier ont déjà eu le privilège de découvrir l’anglaise, vous l’aurez sans doute remarqué. Des critiques qui ne visent pas l’efficacité ou les performances de la McLaren, d’une vélocité à couper le souffle. Non, ces critiques ciblaient davantage le chapitre des sensations, du plaisir procuré au volant, ce dont peuvent avoir envie les clients. D’autant que l’auto a sans cesse eu pour quasi seul point de comparaison son ennemie numéro un : Ferrari 458 Italia. Quant à elle, trèèès généreuse en sensations. McLaren qualifie d’ailleurs la 458 de brillante.

 

Ainsi, pour ne pas compter uniquement sur l’efficacité purement mathématique et scientifique de sa petite nouvelle, McLaren revoit légèrement sa copie avant les premières livraisons. Désormais, la 12C aura une réponse à l’accélérateur plus franche, des palettes plus douces à actionner, une direction revue pour un meilleur feedback, et une note à l’échappement plus marquée et plus présente au sein de l’habitacle.

McLaren annonce que ces rectifications ne modifient en rien les performances déjà extrêmes de l’auto, mais enrichissent l’aspect émotionnel de sa conduite. Et les clients seront ravis, ça n’est pas une option. On attend donc la revanche de la MP4-12C face à la 458 Italia. Pauvres essayeurs, ils vont devoir repartir pour un second essai comparatif…

Dur dur.

Laisser un commentaire