Le concept GTC découvert dans les allées du Mondial de l’Automobile de Paris se traduit finalement par cette version GTC qu’on pourra découvrir en live lors du prochain salon de Francfort. L’heure vient donc de détailler celle qui affrontera les Megane et Scirocco s’affranchissant du style de la berline dont elle reprend uniquement quelques éléments comme les blocs moteurs. Sinon, l’Astra GTC 3 portes revendique fièrement son style propre ou son propre style. Ramage et plumage, attendons surtout de pouvoir marier les deux avec le lancement d’ores et déjà convenu de la mouture OPC l’année prochaine.

Reprenant les gimmicks stylistiques de l’Insignia par exemple, la nouvelle Astra GTC, deuxième du nom, se distingue de la berline et affiche son propre style lequel, pour les plus railleurs, ne manquera pas d’évoquer ci et là des touches de Giulietta comme de Megane Coupé et même de Citroën DS4.

Bref une Allemande aux inspirations latines pour un look final très aguicheur et très agréable. Cette compacte cinq places offrant la séduction d’un coupé dispose donc d’une carrosserie qui lui est propre à l’exception de la coque du rétroviseur extérieur et du brin d’antenne. Opel lui assure même une touche supplémentaire d’exclusivité avec des modèles de jantes spécifiques !

A titre de comparaison avec son homologue berline 5 portes, l’assiette de la GTC a été abaissée de 15 mm et les cotes de base du châssis ont légèrement augmenté. Ainsi on note que l’empattement progresse de 10 mm passant de 2,685 m à 2,695 m. Les voies sont plus larges, 1.584 mm (+ 40 mm) à l’avant et 1.588 mm (+ 30 mm) à l’arrière. de quoi lui monter des jantes sport et gommes de plus grand diamètre.

« Le changement le plus important, cependant, n’est pas visible à l’œil nu. Toutes les versions d’ Opel Astra GTC, quelles que soient leurs motorisations et leurs finitions, sont équipées d’un atout supplémentaire que l’on ne rencontre habituellement que sur des sportives haut de gamme : une suspension avant High Performance Strut (HiPerStrut, jambes hautes performances). Par rapport au McPherson de la suspension normale de l’Opel Astra, la jambe HiPerStrut réduit l’inclinaison et le déport de l’axe du pivot de la fusée et présente un axe plus court. Cela permet d’améliorer le contact de la roue avec le revêtement, de réduire les réactions de couple dans la direction et d’augmenter l’adhérence en virage, offrant aux conducteurs d’une Opel Astra GTC le comportement incisif et sportif qu’ils espèrent. La voiture est informative et précise dans ses réactions« , avance le constructeur au Blitz. A vérifier dans un essai…

Sur le plan mécanique, Opel lui greffe trois moteurs au choix. On note ainsi le diesel 2.0 CDTI de 165 ch et les  blocs essence 1.4 Turbo de 120 ch et 140 ch. Pour coiffer la gamme mécanique c’est le 1.6 Turbo de 180 ch qui prend place. Tous sont associés au système Start & Stop, sauf le 1.6 Turbo, et à une boîte manuelle à 6 rapports. Les amateurs de réelles sensations plus sportives patienteront jusqu’à la version OPC en espérant alors que le châssis suive !

Oui, pour l’heure face à l’armada GTI and co, l’offre n’est pas exceptionnelles. Les détails ainsi que les prix seront communiqués dans le courant du mois de juin 2011. Une offre spéciale de lancement sera proposée aux 200 premiers acheteurs français. Ils seront invités à tester à l’automne, et en avant première, la nouvelle Opel Astra GTC.

Bon, l’Astra GTC flatte le regard et semble bien née. On regrette juste pour l’heure l’absence de la version forte OPC. Attendons donc de découvrir cette version plus sportive que les 180 ch actuellement proposés en haut de la gamme. Mais comme déjà indiqué, on souhaitera aussi en découvrant cette OPC que le châssis suive et soit cuisiné aux petits oignons…

Laisser un commentaire