Mauvaise langue, nous avions pu évoquer l’aspect fantasmagorique du projet de construire sa supercar à soi en parlant de la Macross GT1, venue du froid canadien.
Mais constatation : l’américain n’a pas baisser les bras malgré les difficultés de ce type d’aventure, puisque d’une simple maquette à l’échelle 1/4, il est maintenant possible d’observer un prototype à l’échelle 1. Le fantasme est devenu réalité. Il s’agit là du premier prototype réalisé par l’entreprise canadienne mise en cause ; De Macross Motors Corp. Un modèle qui reste fidèle aux lignes des premières maquettes.
Un style discutable, vieillot, daté. Cependant derrière son aspect suranné et sa carrosserie en aluminium, se cache non seulement une mécanique américaine pour le moins généreuse, mais également une technologie très actuelle.
La GT1 abrite en effet une monocoque conçue sur mesure, faite à la fois de fibre de carbone et d’aluminium. Le châssis intègre ensuite une suspension notamment composée d’amortisseurs quatre voies fixés in-board, et d’un système permettant d’ajuster la hauteur de caisse en l’abaissant à grande vitesse. Aucun renseignement toutefois ne concerne la masse de l’ensemble. Côté mécanique enfin, est monté en position centrale arrière un V8 Ford 5.4 compressé, préparé par America’s Roush Yates Racing Engines. L’entreprise qui approvisionne les Ford roulant en Nascar. Résultat : on peut désormais annoncer une puissance maxi de 800 ch ainsi qu’un couple de 950 Nm, le tout expédié jusqu’au train arrière via une boîte manuelle à 6 rapports.
Et si les phases de test n’ont pas encore été bouclées, De Macross annonce pourtant, en prévision, un 0 à 96 km/h de 3,4 sec et 346 km/h en pointe. Quant au tarif, à coup sûr d’envergure, il se fait encore discret malgré l’intention de l’entreprise canadienne de vendre environ 200 véhicules. Finalement, on demeure mesuré face à l’intérêt d’un tel modèle. Pour les adeptes du old school peut-être.

Laisser un commentaire