Toutes les rédactions du monde entier ont dû recevoir ce communiqué de presse où Mazda annonce triomphalement avoir produit 900 000 MX-5 (entrée dans le Guiness Book depuis les 531 890 copies de mai 2000). Un soi-disant record. Faudrait voir à pas pousser mémé dans les orties, car il aura tout de même fallu 22 ans à la MX-5 pour atteindre ce résultat, ce qui fait une moyenne annuelle (et c’est finalement là le chiffre intéressant) de 40 909 exemplaires. 22 ans et surtout, 3 générations, c’est comme si Peugeot, par exemple, cumulait les ventes de 205 Cabriolet, de 206 et 207 CC pour communiquer sur un record commercial. Peugeot qui a écoulé ses petites découvrables parfois à plus de 50 000 unités par an. On pourrait aussi dresser une comparaison avec Mercedes et ses 3 générations de SLK.
Cette annonce permet aussi à Mazda de faire parler de sa MX-5 pour pas grand-chose (et ils auront raison car c’est ce que les journalistes adorent faire) car le roadster nippon, toujours extrêmement séduisant certes, attend désespérément des évolutions un peu sympathiques, telles que celle annoncée par le concept Superlight, présenté en 2009.

 

Laisser un commentaire