Michael Stoschek, l’homme à qui on doit la réapparition de la Stratos sous une forme nouvelle a récemment reçu les clefs de son joujou. Généreux, le riche industriel allemand a bien voulu les prêter à un illustre italien qui en connaît une ou deux sur l’automobile, non moins que le patron de Ferrari. Luca di Montezemolo a effectivement pris le volant de celle badgée Lancia, sur le saint des saints du cheval cabré, le circuit de Fiorano. Une manœuvre savamment orchestrée qui n’aura pas échappé à l’oeil d’une caméra.
Après quelques tours au volant de la sportive affichant près de 510 ch pour 1 240 kg et un empattement court, Mr Montezemolo en sort réjoui, apposant même sa signature sous son capot avant de résumer ainsi son sentiment : « bellissima »… Un appel du pied piquant de Montezemolo au groupe Fiat et à Lancia ? Certes, Montezemolo peut se féliciter que cette New Stratos ait pour base une authentique Ferrari, la Scuderia, mais ce serait effectivement une bien belle manière pour la marque turinoise particulièrement amorphe depuis bien des années de rehausser son image. L’auto est d’ailleurs déjà conçue de A à Z et Pininfarina se ferait sans doute un plaisir de produire une série de quelques dizaines voire de quelques centaines d’exemplaires. Ce ne serait d’ailleurs pas la première collaboration entre Ferrari et Lancia.
Certains suggèrent désormais qu’une telle production ne dépendrait plus maintenant que de la demande de clients potentiels. On l’espère car des clients, il y en a sûrement. N’est-ce pas Mr Montezemolo…

 

Laisser un commentaire