Avec un équilibre et un amortissement fabuleux, la Lotus Evora pourrait cependant paraître aisément sous-motorisée. Un simple V6 3.5 de 280 ch, presque creux à bas régime, pour exploiter un tel châssis ; quel dommage ! De plus, son poids n’est pas de ses atouts majeurs avec 1380 kg annoncés officiellement sur la bascule. En bref, un rapport poids/puissance qui n’impressionne pas grand monde. Surtout pas la concurrence.
Lotus devrait donc bientôt passer la vitesse supérieure, offrant à l’Evora et son merveilleux châssis un moteur bien plus puissant, à la hauteur de son talent. Une nouveauté qui pourrait faire son apparition lors du prochain Mondial de Paris.
On en resterait tout de même au V6 3.5 fourni par Toyota. Mais cette fois compressé, il pourrait donner un vrai coup de fouet aux performances et un coup de pied plus prononcé aux passagers. Un compresseur qui n’aura guère de mal à trouver sa place au cœur de la baie moteur, l’idée de la suralimentation étant déjà présente lors de la conception de l’auto. Ainsi armée, la puissance de l’Evora pourrait grimper de manière importante, de 280 à plus de 350 ch, tandis que le couple – notamment à bas régime – suivrait la même tendance. Accélération, reprises et vitesse de pointe s’en trouveraient ainsi améliorées, ce que le châssis ne devrait guère avoir de mal à digérer.
On espère avoir confirmation officielle assez rapidement, mais si les bruits courent dans la bonne direction, une présentation au Mondial de l’Automobile de Paris dans quelques semaines n’est pas impossible. Elle se ferait alors aux côtés des tous nouveaux et mystérieux modèles annoncés par Lotus, ceux préfigurant une nouvelle ère…
On trépigne à l’idée de découvrir une telle Evora S ! Pour le reste – nouveaux modèles, nouvelle ère –, on espère une descendance spirituelle de l’Esprit et un revirement de philosophie digeste.

Laisser un commentaire