La nouvelle Volvo S60 est incontestablement une de nos principales déceptions de ce salon de Genève 2010.
Tout d’abord, son design extérieur manque clairement de caractère. Zéro originalité, manque cruel d’inspiration, la nouvelle suédoise est flasque. Ce n’est guère mieux à l’intérieur. Voulant se démarquer de la concurrence, Volvo a voulu créer une planche de bord épurée. Problème, elle est tellement simpliste qu’elle en devient déprimante. Le cuir gris fauve n’arrange pas les choses tandis qu’on déplore une finition moyenne, quelconque. En laissant de côté la qualité des matériaux, on se croirait presque dans une Skoda Octavia première génération, c’est dire…

Bref, si on y ajoute une habitabilité limitée, on a du mal à lui trouver des qualités. Il aura fallu dix ans au constructeur suédois pour nous proposer un véhicule en régression. Incompréhensible. De plus, il faut ajouter à cela qu’aucune motorisation R n’est prévue, pas assez de demande selon nos informateurs ! Il faudra donc se contenter des 304 ch de la version T6, affichant un 0 à 100 km/h de 6,5 sec.

Chez Volvo, l’heure n’est décidément pas à la rigolade. Petite consolation tout de même, la nouvelle S60 est à priori une nouvelle référence en matière de sécurité, avec notamment son système de détection de piétons. Espérons finalement que sa conduite soit plus ludique que son apparence.

 

 

Laisser un commentaire