Detrompez-vous, c’est bien la nouvelle Mini que nous avons essayée ici. Cette troisième génération dispose d’une toute nouvelle plateforme, et malgré les apparences, elle perd du poids tout en grandissant ! Autre changement du côté des motorisations, elles disposent toutes d’un turbocompresseur, du nouveau 3-cylindres de 1,5 l jusqu’au 4-cylindres 2,0 l de notre essai. Ce dernier développe 192 ch et 280 Nm de couple. Notre Mini dispose de la boîte automatique à 6 rapports (en option). Sa commercialisation est prévue pour mars 2014.

Technique

Côté look, la nouvelle Mini se montre plus joufflue et sa face avant s’est alourdie. Corollaire, cela permet un meilleur espace à bord et notamment aux places arrière. Le coffre gagne aussi en volume, même s’il demeure, hélas, ridiculement petit. La Cooper S se voit dotée de jantes 16 pouces mais l’option 17 pouces est envisageable comme pour notre essai.

P90142950_highRes

Côté mécanique, la Mini innove, avec un 3-cylindres sur le modèle d’entrée de gamme. Notre 4-cylindres d’essai est plus semblable à son prédécesseur. La suspension avant reste à jambes McPherson, l’arrière conservant un vrai train multibras, au lieu des très simples essieux de torsion des rivales. Tout a été raffermi, les bras avant et arrière utilisent de l’acier à haute résistance, les suspensions offrant  un peu plus de débattement. Surprise, un amortissement actif est désormais disponible en option. La Cooper S n’a pas de différentiel à glissement limité mais elle tend à reproduire le blocage en utilisant l’ABS quand les roues avant perdent la motricité.

Le nouveau moteur est un dérivé du 2,0 l turbo déjà croisé sur ses cousines bavaroises séries 1 , 3 et 5, en moins poussé, ce qui laisse de la place pour une Mini plus puissante dans le futur. A partir de ce bloc modulaire, BMW a créé le petit 1,5 l de la Mini mais aussi le prestigieux 3,0 l 6-cylindres .

Comme l’on pouvait s’y attendre, la nouvelle Mini a fait des progrès en termes de consommation et rejet de CO² : les émissions de la Cooper S ont chuté à 125 g/km avec la boîte automatique. Elle peut être dotée d’un bon nombre de systèmes de sécurité active de chez BMW. Pour sa part, le multimédia n’est pas en reste, avec de nouvelles applications et la possibilité d’intégrer les réseaux sociaux.

Au volant

La Cooper S est à la hauteur de ce que l’on attend, légèrement plus rapide. Nous l’avons conduite à Puerto Rico, qui n’est pas le paradis des routes comme espéré. Côté positif, il y a beaucoup de routes bosselées, qui donnent certainement une image fidèle du comportement de la Mini sur nos départementales.

Premières impressions : la Mini est ferme, très ferme. Notre modèle ne disposait pas des amortisseurs actifs et se chaussait de roues en 17 pouces sans pneus runflat. Toutes les imperfections de la route remontent dans l’habitacle. A faible allure, c’est limite inconfortable, mais dès que l’on accélère, le châssis gagne une certaine souplesse et offre une parfaite maîtrise de ses mouvements.

P90142607_highRes

Pour le reste, la Mini se comporte de façon très familière. Le système de direction électrique de la nouvelle Mini est plus réactif, le museau a nettement gagné en adhérence, mais l’homogénéité de l’ancien modèle demeure, les train avant et arrière s’avérant bien coordonnés. Il suffit de trouver un virage assez large, de déconnecter l’ESP pour constater qu’en conduite agressive, la Mini sait toujours resserrer la trajectoire au lever de pied. Elle n’est pas aussi affûtée que certaines de ses rivales sportives, l’absence de différentiel à glissement limité y est pour quelque chose… Cependant, cela reste une base solide pour les versions John Cooper Works et Works GP, plus de 220 ch sont annoncés !

Le nouveau moteur est une excellente surprise, surpassant de loin le 1,6 l turbocompressé de l’ancienne Cooper S. Ce nouveau bloc offre une plus grande linéarité et reprend mieux bas dans les tours. Le couple maximum est délivré entre 1 250 et 4 750 tr/min, cela donne une bonne indication de la grande plage d’utilisation de ce moteur. Bonne nouvelle, ce n’est pas un de ces nouveaux groupes à essence qui se comportent comme des diesels. Non, il adore monter dans les tours, et en mode ‘Sport’, l’échappement produits de très sympathiques crépitement au lever de pied.

Evitez la boîte automatique autant que possible, elle est lente à répondre en mode manuel et en ‘Drive’, elle passe  très vite le rapport supérieur et en ‘Sport’, elle a tendance à faire brailler le moteur. L’unité manuelle est définitivement la plus adaptée.

Face à la concurrence

La nouvelle Cooper S se positionne dans le même rang que ses concurrentes. Elle est vendue au prix de 24 750 €, soit l’équivalent d’une 208 GTI ou d’une Clio R.S. Seule la Fiesta ST est moins chère, mais elle ne se destine pas tout à fait à la même clientèle que la Mini, qui reste une icône.

Attention tout de même, c’est une voiture du groupe BMW, il faut savoir que les options sont nombreuses et la facture peut vite grimper, jusqu’à 50 % de plus que le tarif de base !

Pour le reste

P90142930_highRes

La qualité de finition à bord a été largement améliorée depuis la sortie de la Mini R56, l’ergonomie est bien meilleure. Le compteur de vitesse est désormais placé derrière le volant dans toutes les versions et les lève-vitres électriques sont placés sur les portes plutôt que sur la console centrale. Ce n’est pas encore parfait car le système de navigation se contrôle via le ‘point and click’ juste à droite du frein à main et, lorsque celui-ci est verrouillé, il est presque impossible d’utiliser le multimédia embarqué.

Essai Mini Cooper S 2014, en quête de performances
Caractéristiques Moteur : 4 cylindres, turbo CO2 : 125 g/km Puissance : 192 ch de 4 700 à 6 000 tr/min Couple : 280 Nm de 1 250 à 4 750 tr/min Vitesse maxi : 235 km/h 0 à 100 km/h : 6,7 sec (boîte auto) Prix de base : 24 750 € En vente : Mars 2014
MOTEUR80%
COMPORTEMENT80%
QUALITE & DESIGN75%
CONFORT & PRATIQUE75%
EMOTION80%
Les +
  • Moteur énergique
  • Intérieur en progrès
  • Fun à conduire
Les -
  • Look en retrait par rapport à la précédente
  • Confort minime à faible allure
78%Note Finale
Note des lecteurs: (111 Votes)
46%

14 Réponses

  1. MiniFan

    Cette nouvelle mini est certes plus grande mais reste toujours plus petite que la plupart des citadines type Clio ou 208. Puis il faudrait savoir, pour beaucoup la Mini est un « tape-cul » qui manque d’habitabilité et pour d’autres elle perd son charme parce qu’à chaque génération elle grossit. Avec ça, si on se met à la place du constructeur … Les années 50/60 sont malheureusement révolues et des voitures comme la Mini originelle ne peuvent plus exister. Cette nouvelle génération reste esthétiquement dans la continuité des précédentes mais intègre aussi les normes d’aujourd’hui d’où son museau allongé. Pour ma part, ce que je regrette c’est surtout le côté BMW nettement plus présent et principalement dans l’habitacle (rétro central, commodos, système de nav, …). En tant que client Mini, j’ai choisi cette voiture pour son côté « British » (voiture fun de passionné à mon sens attachante et sympa à conduire) mais aussi pour sa mécanique allemande. Attention donc de ne pas faire une pseudo béhème badgée Mini. Sinon, c’est une voiture qu’il faut voir en personne plutôt qu’en photos.

    • r.burns

      En tant que passionné Mini je retrouve enfin un avant qui ressemble à la Mini originelle, et enfin des mécaniques Bmw à la place de Chrysler (R50) ou Peugeot (R56 THP)
      Le compteur derrière le volant est également un retour à la vraie Mini des années 70-80-90 et même de la R50 avec gps/chronopack
      Selon les premiers essais elle est plus vivante à conduire que la R56 aux sensations gommées

  2. Bod66

    L’essai est sensé se faire sur le modèle boite automatique et pourtant il y a 3 pédales sur la photo en vue intérieure. A moins que la grosse pédale de droite soit un repose pied mais j’ai des doutes.
    Perso, ma femme possède une mini cooper jaune. Pour faire un peu le con en montée de col, c’est super fun, pour le reste, une punition, trop tap cul et pas du tout adapté à l’autoroute, bruits d’air et assises trop droite. Assurément une voiture de bourgeoise quadra quinqua mais yen faut pour tous les goûts :-)

  3. Coco_KFF

    Si c’est bien la Cooper S que l’on voit en photo, je la trouve vraiment fade exterieurement !
    Actuel possesseur de Cooper S de 2007, je trouve la mienne plus sympa sur l’ésthétique exterieur. Au niveau de l’habitacle, je ne fais pas le poids par contre.

  4. Rom

    @Coco: Non, sur la photo c’est une Cooper.

    C’est vrai qu’elle perd en style à mesure que les générations avancent. Elle s’éloigne de son côté ultra compacte pour plaire au plus grand nombre, la version « hatch » va bientôt disposer de deux places supplémentaires pour gagner en habitabilité, elle va grossir pour avoir plus de coffre, elle va être plus confortable pour ne plus froisser les nanas… Et à vouloir plaire à tous (et surtout à toutes), elle va perdre sa sportivité, son caractère, ses supensions sèches… Et un peu à l’image d’une golf elle va approcher de la perfection mais en ne distillant plus rien. Plus d’émotion, plus de plaisir… Juste de l’habitabilité, de l’efficience, du confort… Mais c’est pas ça une Mini. C’est vrai qu’on lui trouve plein de défaut, et c’est ce qui fait son caractère. Demain elle sera fade, comme une Clio, comme une 208, comme n’importe laquelle et c’est très dommage.
    Idem pour la taille, elle grandit en perdant du poids mais imaginez ce qu’elle aurait pu perdre en retrécissant !!!!
    J’espère que je me trompe mais le futur de la Mini sera golfisé, volkswagenisé, audisé… Appelez ça comme vous voulez mais ça ne sera plus fun du tout !

  5. Jippé008

    Effectivement, aucune des photos de cet essai ne correspond à la Cooper S mais à la Cooper. Ce n’est également pas une boîte auto mais une méca… petite erreur au montage…

  6. Ol

    N importe quoi, j ai la 192ch boite auto palette volant, la boite est juste extraordinaire, de 0 à 100 6,7s pour une boite manuelle 6,8s. Alors venir dire que la boite est lente je ne pense pas..

    • MAIRE

      Je suis tout à fait en accord avec la réponse de OI. Moi-même, je suis propriétaire d’une Cooper S de 2015, toutes options, le moteur est fantastique et la boite est très réactive surtout qu’elle n’est pas à double embrayage. Et je m’y connait ayant eu auparavant 2 Audi A1 S-tronic, la référence des boites chez Audi.
      Et bien je peux dire la boite BMW est largement au niveau.

Laisser un commentaire