bmw-235i

Speedfans était convié ce matin à découvrir quelques sympathiques babioles de chez BMW. Voilà qui aide à affronter un métro plus bondé que jamais puis une pluie battante. Enfin, quand je dis babiole, je provoque un peu, car il s’agit des M4, 428i Cabriolet et M235i. Pour des raisons alambiquées, on ne nous a pas laissé photographier la plus attendue de toutes, en l’occurrence la M4… En revanche, nous avons pu nous installer à bord et constater que le cockpit reste proche de celui d’une 435i, aux parements en carbone et au siège baquet (malheureusement dépourvu de longueur d’assise réglable) près. Cerise sur le gâteau, on a démarré le 6-cylindres 3.0 turbocompressé de 430 ch, et bof. La sonorité au ralenti est décevante : on n’entend pratiquement que la dissonance des 4 sorties (actives) d’échappement. Gageons qu’il en ira tout autrement sur route. La voiture exposée arborait, si l’on peut dire, une couleur assez peu ragoutante (un jaune tirant vers le vert) mais pas au point de nuire ni à sa beauté, ni à son élégance, ni à son agressivité. Vivement les essais !

bmw-435-cab-découvertebmw-428-cabriolet

Face à elle se trouvait la nouvelle Série 4 Cabriolet, ici en 428i. Extrême d’élégance dans sa livrée blanche, elle dissimule avec brio la masse importante de son toit tripartite : pas d’effet ‘gros cul’ ici. BMW a accordé un soin particulier à la fonctionnalité. Ainsi, un logement est prévu derrière la banquette arrière pour le filet anti-remous, contre une paroi qui se rabat et dégage un bel accès au coffre. Pour faciliter le chargement des bagages, toit replié, on appuie sur une touche et c’est l’ensemble des panneaux qui se soulève : bien vu. Enfin, notons dans les sièges avant (chauffants) une buse qui diffuse de l’air chaud au niveau de la nuque, comme dans une Audi A5 Cabriolet, une  Peugeot 308 CC. Evidemment, le poids est élevé (dès 1 755 kg), ce qui sera juste sur la 420d (184 ch), réclamant 8,2 sec pour atteindre les 100 km/h dans une sonorité dont on imagine mal qu’elle cadre avec la beauté de la carrosserie. Heureusement, la 428i (245 ch) offre de bien meilleurs chronos (- 2 sec sur le même exercice) à poids équivalent, mais on s’étonne que la 435i se limite à 306 ch. A noter que la Série 4 Cabriolet sera disponible en xDrive, ce qui en fera le premier CC de l’Histoire à 4 roues motrices. D’autres motorisations feront également leur apparition. Prix à partir de 48 302 €

bmw-435i-cabriolet-coffre

Finalement, la plus surprenante des 3 était encore la M235i, de par la justesse de ses proportions et sa face avant autrement plus réussie que sur les Série 1. D’ailleurs, celles-ci devraient s’en inspirer lors de leur restylage. L’habitacle et le coffre gagnent un peu d’espace face à ceux d’une Série 1, et si le tableau de bord reste identique, on note l’apparition d’un volant 3 branches fort sympathique. Là encore, la fonctionnalité a été soignée (banquette rabattable notamment) et dans son ensemble, l’auto, râblée, compacte, musclée, dégage une belle impression de puissance sans oublier d’être jolie. La M235i (320 ch), disponible dès 47 602 €, se complète des 220i (184 ch, dès 33 102 €) et 220d (184 ch, 34 302 €). Dommage qu’il n’y ait pas de différentiel à glissement limité, même en option. Pour ça, il faudra attendre la M2.

bmw-235i-trois-quarts

bmw-235i-tabeaubmw-235i-arr

5 Réponses

    • Rom

      C’est vrai, mais plus mécaniquement qu’esthétiquement! Les feux arrières sont un peu globuleux, et le profil n’a pas l’air aussi équilibrée qu’une serie 4.

      Attendons de voir, mais c’est vrai que mécaniquement, elle est extraordinaire. Déjà que la M135i possède un agrément indéniable et des performances honorables dans une confort et une polyvalence exceptionnelles. La Serie 2 va apporter la touche de sportivité supplémentaire, qui en fera une voirture plus sportive encore.

Laisser un commentaire