Et voilà la famille au complet. Un cran encore au-dessus la déjà véloce S7 de 420 ch vient se positionner la nouvelle RS7 Sportback, un monstre de « coupé cinq portes » qui partage la même mécanique que la RS6 Avant.Et pour cause puisque la RS6 ne sera finalement déclinée que dans sa version break. Enfin, Avant dans le texte Audi. ne révolutionnant pas le style de la maison aux quatre anneaux, la RS7 se veut élancée, charmeuse, agressive et sportive sans tomber dans l’ostentatoire ou le bling-bling. Une jurisprudence qu’elle partage avec la RS6 Avant dont elle reprend évidemment le 4.0 TFSI de 560 ch (disponibles dans la plage de 5700 à 6700 tr/min) pour un couple constant de 700 Nm disponible entre 1750 et 5500 tr/min. Notons que 90 % du couple est disponible à partir de 1 500 tr/min…

Transmission intégrale Quattro et boîte auto Tiptronic 8 rapports sont de la dotation de série. « La pièce centrale de cette dernière est le différentiel central à valeur de verrouillage élevée, qui est refroidi par son propre radiateur d’huile. Selon les besoins, il répartit le couple moteur entre l’essieu avant et l’essieu arrière à l’intérieur d’une vaste plage ; dans le réglage de base, il transfère 60% vers l’arrière et 40% vers l’avant« , détaille Audi évoquant la transmission intégrale.

La RS 7 Sportback permet des accélérations de 0 à 100 km/h en seulement 3,9 secondes seulement. Audi limite de série la vitesse maximale à 250 km/h, mais elle peut être portée en option à 280 km/h avec le pack dynamisme, voire à 305 km/h avec le pack dynamisme plus. Des chiffres en accord avec une RS6 Avant là aussi si on se fie aux v-max. Et ceci pour une conso moyenne en cycle européen s’affichant à 9,8 l/100 km. Mais alors à condition d’avoir le pied léger, léger…

Dans le domaine châssis et liaisons au sol, on note : châssis surbaissé de 20 mm, disques de freins de 390 mm étriers 6 pistons à l’avant, mode sport pour l’ESC, Dynamic Ride Control ou Dynamic Steering, roues de 20 pouces à sept branches, etc. Quant au style, s’il évoque logiquement la RS Avant, impossible de manquer l’inscription Quattro implntée en dessous de la grille de calandre. A quel prix s’échangera-t-elle ? Mystère pour l’instant. Face aux M6 Gran Coupé (V8 4,4 l TwinTurbo de 560 ch et 680 Nm) ou CLS 63 AMG (la dernière itération S-Model hérite de la transmission intégrale 4MATIC et offre 585 ch et 800 Nm), la RS7 Sportback entre dans la danse… Et on ne parle ici que des Allemandes…

 

Source et images : Audi.

 

 

9 Réponses

  1. bob

    J’aime bcp les Audi, les lignes sont magnifiques mais je déplore de plus en plus le manque d’identité propre à chaque modèle de la gamme, surtout la face avant.
    Il faut un oeil averti (qui en vaut deux) pour distinguer une A3 d’une A4, d’une A5 etc…
    Seule la R8 bénéficie d’un peu d’exclusivité et encore.
    Après, quand on a trouvé le bon filon (du design qui marche), c’est c.. de creuser à côté !!

  2. bruno

    audi s’est tjrs pris pour une légende ^^ ya qu’au légende tel que porsche qu’on évite de toucher a un modele mythique mais attention un modele ! et non photocopier tout les gammes de la marques ! arf le mec qui du design s’est enfin fait taper sur les doigts

    timagine si la 205 avant la meme gueule encore en 2012 a force de restyling x chaque année
    BREF

    • Rom

      Je préfère de loin, et même de très loin les CLS63 et M5 (mais ici il faudrait même mieux comparer à une M6 GranCoupe), plus belles, moins filtrées, plus sportives, plus caractérielles…

      Le Quattro en bas de la calandre va arriver sur tous les modèles RS?

Laisser un commentaire