Deux ans après sa disparition, la nouvelle Viper, désormais SRT et non plus Dodge, vient officiellement d’être dévoilée par la marque américaine à l’occasion du salon de New-York. Agressive à souhait dans sa livrée de carrosserie, laquelle hasard ou coïncidence ne manquera pas d’évoquer l’Alfa Romeo 8C Competizione, laisse donc apprécier ses lignes définitives. Musculeuse, bestiale, méchante et puissamment armée, la SRT Viper séduira les amateurs du genre. Et sera même déclinée en version compétition baptisée GTS-R et évidemment plus spécifique sur le plan visuel. Après la première génération de 1991, la suivante en 2003 voici la troisième du nom…

Nouvelle génération du nom, la Viper tranche avec sa devancière sur le plan cosmétique. Plus moderne, plus agressive ou plus méchante ? A voir; Chacun jugera selon ses goûts et ses couleurs. Reste toutefois un style inimitable et une vraie « gueule » de supersportive américaine. On pourra aussi noter que sur la forme les évolutions stylistiques ne sont pas si imposantes que ça. La SRT Viper affirme un peu plus son style avec ses lignes acérées et ses muscles bien visibles.

Notons aussi le style particulier pour permettre de faire respirer au mieux le V10 de 8.4 l débitant la puissance de 650 ch à 6 140 tr/min et 814 Nm à 4 950 tr/min. Soit tout bonnement le moteur atmosphérique offrant le couple le plus généreux actuellement sur le marché. On note donc que le V10 de  8.4 l est reconduit mais allégé d’une quinzaine de kilos et optimisé.

Quant au poids total de la SRT Viper, il se chiffre  à 1.521 kg. La puissance est évidemment envoyée aux roues arrière via une boîte 6 Tremec TR6060 aux passages de rapports optimisés et plus rapides. Plus agressive visuellement elle hérite en revanche de plus de docilité technique avec l’apparition de l’ESP, de l’ABS et de l’antipatinage. Et oui, la Viper venimeuse affiche ici un caractère plus domestique ! Le launch control est évidemment de la partie. On ne cède pas aux sirènes du downsizing mais on s’apprivoise quelque peu !

Quant aux performances, elles demeurent encore à la discrétion de SRT sauf une v-max d’ores et déjà annoncée  à 331 km/h. Enfin, structurellement, la marque avance de nouveaux réglages châssis, châssis revu et allégé pour offrir 50 % de résistance supplémentaire au compartiment torsion. A son lancement, la nouvelle Viper sera proposée en deux versions : Viper SRT et Viper GTS. Enfin pour la piste, la GTS Track Pack sera aussi proposée à terme. Mais de cette nouvelle Viper, on en reparlera. Alors, votre premier sentiment ? Vivement la nouvelle Chevrolet Corvette, tiens…

Source : SRT.

7 Réponses

  1. Rallyefan

    Au fur et à mesure des générations je trouve que la Viper devient de plus en plus élégante même si la première n’était pas vilaine non plus surtout en roadster Je trouve plutot qu’il y a de la Koenigsegg Agera ou de la Jaguar CX-16 où la ressemblance est frappante dans la face avant et un peu de Maserati Gran Turismo et de Dodge Charger 2013 à l’arrière et toujours ce capot super long (il faut bien loger le V10 de 8.4l)

    Quand toutes les marques lancent leurs nouveaux modèles avec des moteurs downsizés SRT propose un bloc d’une cylindrée de 8.4l Le downsizing ce n’est pas pour tout de suite ni un moteur suralimenté C’est une recette rustique à l’américaine mais efficace sauf au niveau de la conso mais avec 814 Nm ça va faire fumer du pneu

  2. Anytos

    Comme Rallyefan, on peut y voir plusieurs sources d’inspiration (notamment l’Agera R). Selon moi, le design de la viper est arrivé à mâturité, et c’est de loin le plus abouti…pour le plus grand bonheur des amateurs de supercars à la motorisation camionesque !

  3. Speed

    Moi à l’inverse, je n’aime cette adoussissement des lignes (à confirmer cependant après une vision en live à la lumière naturelle si possible, car on en est qu’aux clichés officiels en intérieur bidouillés dix mille fois sur PC avant d’être servi). Je trouve que pour une brute digne de se nom elle perd de son caractère avec ces emprunts à la concurrence. En voulant se mettre à la mode actuelle, on perd son identité selon moi. Un original se doit de rester fidèle à lui même (comme pour le moulin saluons l’effort). Dans quelques années ces versions paraître plus « marquée » dans une époque que ces devancières,je pense, quoique la premières fais très 90’s.Pas fan des guirlandes de LED’s plein partout (mais obligatoire sur de nombreux marchés avec les nouveaux textes notamment U-E.

Laisser un commentaire