Les rappels sont monnaie courante pour l’ensemble des constructeurs de la planète automobile… Évidemment à gros vendeur d’autos, gros rappel potentiel en cas de problème(s) technique(s). C’est ainsi que le constructeur à l’hélice annonce ainsi une coquette vague de rappels pour un volume total de 1,3 million d’unités écoulées à l’échelon international. Un rappel davantage à titre préventif.

BMW officialise donc le rappel de 1,3 million d’unités vendues au niveau mondial, rappel touchant les Série 5 et Série 6 (2003 à 2009). Quid du problème détecté ? « Un cache recouvrant des câbles de batterie situé dans le coffre de ces modèles peut, dans certains cas très exceptionnels, ne pas avoir été monté correctement« , précise le constructeur à l’hélice.

Et de poursuivre donnant à connaître que ce souci « peut entraîner des défaillances sur le réseau électrique de bord, des dysfonctionnements au démarrage et, dans des cas extrêmement rares, une combustion voire un feu électrique« . Notons que nul incident n’a été répertorié en lien direct avec le problème.

Tous les propriétaires concernés vont être avertis par courrier et invités à effectuer la vérification chez un partenaire agréé BMW. Durée de l’intervention ? Une trentaine de minutes, une intervention gratuite.

Évidemment ce rappel ne devrait pas manquer de sourire si on se rappelle certaines campagnes de pub allemandes, mais pas orchestrées par le constructeur à l’hélice, portant sur le fameux slogan « Deutsche Qualität ».

Source et image : BMW.

Une réponse

  1. Speed

    Tout le monde est touché maintenant, même les constructeurs les plus luxueux. Obsolescence programmé (et donc qualité des matériaux moindre) et réduction des coûts de main d’oeuvre et économie d’échelle en sont les causes principales.

    Mais ,pour moi,mieux vaut un bon rappel préventif pris en charge, que des avaries réelles parfois dangereuse pour le public avec des refus de prise en garantie de certains. Pratique qui à diminué chez les constructeurs grâce aux procès fleuve d’association de victimes devant les plus hautes instances judiciaires pour obtenir réparation (le terme ne peut être mieux choisi dans ce cas) et la bonne réputation dans la presse des premiers incriminés ont permis ces avancées.

Laisser un commentaire