Et voilà, elle est officielle l’héritière de la 599 GTB Fiorano, cette dernière qui aura vécu une belle carrière six années durant et voyant désormais la relève reprendre le flambeau. La relève c’est donc elle, la F12berlinetta de son nom officiel, une GT hors catégories aux gimmicks stylistiques la positionnant comme le fruit d’une union entre une FF, une 458 et même une F1… Ramage, plumage, plumage, ramage.

Comme nous l’avions anticipé la nouvelle GT de Maranello reprend à son compte et logé sous son capot sculpté le V12 6.3 L (6.262cc) atmosphérique de la FF mais dans une version forte de 740 ch (soit + 80 ch) et donc un bond de 120 ch par rapport à la puissance de sa devancière.

Outre cette puissance de 740 ch à 8 500 tr/min, le couple culmine à 690 Nm à 6 000 tr/min, 80 % étant disponible à moindre régime et plus précisément 2 500 tr/min. Avec un poids à vide de 1525 kg, le rapport poids/puissance la plca donc au-dessus de toutes les Ferrari de route : 2.1 kg/ch. Les performances avancées suivent cette tendance touchant l’excellence comme une vitesse de pointe supérieure à 340 km/h ou un 0 à 200 km/h abattu en 8,5 s quand le 0 à 100 km/h soulagé par le launch control demande 3.1 s. Plus légère que la 599 et bien que plus puissante, elle se veut un peu moins énergivore se contentant de 15 l/100 km à 350 g/km de CO2 en données officielles. Pure propulsion, la F12 reprend comme la FF sa boîte 7 rapports type F1 à double embrayage quand la répartition des masses s’affiche de 46 % à l’avant et 54 % à l’arrière. Impossible non plus de ne pas évoquer en quelques chiffres son gabarit et ses dimensions la plaçant moins volumineuse que la 599 puisque Ferrari chiffre sa longueur, sa largeur et sa hauteur à respectivement 4,61 m, 1,94 m et 1,27 m.

« La conception de la F12berlinetta est le résultat de la collaboration entre le Ferrari et Pininfarina se voulant un parfait équilibre entre aérodynamique sans compromis et proportions harmonieuses« , avance la marque au moment de commenter les lignes de sa dernière propulsion. On pourrait aussi y déceler ci et là le fruit d’une union entre une FF, une 458 ou même d’une F1 (et des proportions d’Alfa 8C ?!). Reste une sacrée gueule, des flancs sculptés et creusés, une ligne toit méchamment inclinée, des optiques acérés et, donnée incontournable dans la tradition des GT de Maranello, la calandre à jonc de chrome.

Pour finir, la F12berlinetta fait le plein des dernières technologies de la marque aussi bien pour améliorer en terme de comportement aérodynamique que sur d’autres plans avec les contrôle de traction et de stabilité F1 Trac, ultime version de la suspension d’amortissement magnétique, différentiel électronique E-Diff ou deux nouveautés plus pointues encore que sont les systèmes Aero Bridge afin de catalyser l’air et le réorienter vers les flancs et Air Brake atcivant à haute température uniquement le ventilation des freins. La F12berlinetta sera dévoilée publiquement à Genève. Nous ne manquerons alors pas de revenir encore plus en détails sur la nouvelle GT frappée du cheval cabré.

 

Source : Ferrari.

Laisser un commentaire