Le tout-terrain luxe du constructeur à l’étoile encore plus surpuissant que puissant ? Oui. Alors si vous souhaitez enfiler votre tenue de baroudeur pour le dégourdir loin des artères chic des beaux quartiers, offrez à votre GL 500 une pause par les ateliers de MKB en Allemagne. Bon, pas sûr du tour que cela suffise à lui permettre de crapahuter avec davantage d’entrain mais, certitude, il gagnera très méchamment en agrément mécanique…

Oui, le préparateur MKB ne fait pas dans la dentelle. Ou alors dans la dentelle de précision mécanique. Oubliez le V6 de 265 ch animant le GL 350 CDI ou le le V6 de 211 ch sous le capot du GL 350 BlueTec.

Oubliez également le V8 de 340 ch chargé de mouvoir le GL 450. Vous pouvez également tirer un trait sur le V8 de 388 ch équipant le GL 500… Sur la base de ce dernier, le préparateur allemand opère un swap en faisant rentrer sous le capot un V12 biturbo de 668 ch et 1 230 Nm.

Le SUV allemand affiche alors 4,4 s pour passer de 0 à 100 km/h tout en revendiquant 277 km/h en v-max bloquée par l’électronique (contre 6,5 s dans l’exercice du 0 à 100 km/h et 240 km/h pour le GL 500 stock). Pour s’assurer efficacement et pleinement du passage de la cavalerie, le préparateur a revu la transmission et a greffé des disques 380 mm étriers 6 pistons à l’avant et 4 pistons à l’arrière pour le dompter.

Terminons par la douloureuse. Comptez déjà six mois avant que la préparation ne soit bouclée et quelques 217.000 € (HT) à débourser ce évidemment sans le GL 500 !

Laisser un commentaire