Il y a quelques jours nous vous avions relayé l’information comme quoi Aston Martin venait de prendre la décision de rapatrier la production de la Rapide au sein des installations de Gaydon. Malgré les déclarations des responsables de la marque, nous nous demandions alors s’il n’était pas question d’occuper et rentabiliser au maximum le site mais aussi si la Rapide ne parvenait tout simplement pas à atteindre ses objectifs. Des chiffres publiés outre-Manche viennent finalement confirmer nos doutes : chez Aston Martin, la situation du moment n’est pas réellement rose…Pour mémoire le contrat de production entre Aston Martin et Graz en Autriche portait sur une durée de huit ans. Au bout de deux ans seulement, la marque britannique décidait de le dénoncer ce parce que le site anglais était désormais plus efficace, plus souple et adapté à accueillir cette production. Hum, hum.

Finalement la donne se révèle autrement différente. Primo, en général, les ventes de la marque Aston Martin ne sont pas au sommet. Secundo, la berline Rapide ne séduit pas. Ou du moins n’arrive pas, et de loin, à atteindre les ambitions de la marque. En septembre 2009, on envisageait la vente de 2000 exemplaires par an. Premier bilan ? Et bien finalement la fourchette se situerait concrètement davantage entre 1 000 exemplaires et 1 250 unités.

On est donc fort loin des objectifs initiaux. Conséquence ? Les rythmes de production vont être adaptés à cette demande en berne passant à 24 unités par semaine. Et dans le pire des cas, ce rythme passerait à 10 unités hebdomadaires seulement. Cette option serait implacable pour le constructeur et devrait se traduire par de la casse sociale ou des plans de redressement.

Ajoutez à ceci que le reste des modèles ne se vend pas plus que cela et voilà comment Aston Martin traverse une période noire. N’oublions pas non plus de préciser que la rupture du contrat avec Magna, six ans avant son terme, obligera Aston à dédommager les Autrichiens à hauteur d’environ 12 millions d’euros.

Voilà donc que la Rapide ne séduit pas. Et oui, sur le marché des berlines HDG, c’est l’insolente Porsche Panamera qui cartonne partout où elle est commercialisée. Attendons désormais de voir et apprendre comment Aston Martin va redresser la barre. Avec une gamme où toutes les autos se ressemblent, exception de la Cygnet, il serait peut-être temps de revoir sa copie. Wait and see.

 

6 Réponses

  1. BoB

    Une plus « petite » version V8 « d’entrée de gamme » si j’ose ainsi dire, pourrai aider à relancer les ventes??? Attention, je vois poindre les spectres du vilain fioul lourd, c’est hors de question dans une Aston (déjà la Toyota toy Cygnet vendus avec la super one 77 c’est limite).

  2. Dodomingo

    Trop chère. Plus chère que la plus chère des Panamera avec une moins belle finition, une technologie bien moins avancée et deux fausses places à l’arrière.
    Et quand une Panamera, même diforme, débute à moins de 80000€ et offre une large palette de motorisations. L’Aston est nichée trop haut, ou les clients de ce genre de berlines n’ont pas les sensations comme première préoccupation.
    Comment va s’y prendre Lamborghini ?…

Laisser un commentaire