N’en jetez plus, la cour est pleine ! Elle déborde même d’éditions différentes de la 911. Oui, la supersportive allemande ne séduit pas autant que les dirigeants de Zûffenhausen le souhaiteraient, alors pour redonner un peu de peps à l’actuelle génération (en attendant l’imminente) on décline à toutes les sauces… Celle du jour se révèle très épicée. Super salée même puisque cette 911 GT3 RS 4.0 revendique tout bonnement le titre de Porsche 911 atmosphérique la plus puissante dans l’histoire de la 911. Son nom donc comporte le fameux 4.0 Oui comme la cylindrée du flat six. Le reste n’est que perfection et partage de nombreux organes avec la 911 GT3 RSR. Oui, une homologuée pour la route et l’autre pour tailler des croupières à la concurrence en piste.

 

Mais revenons-en à cette 911 GT3 RS 4.0. Forte d’une cylindrée jamais aussi imposante, cette version affiche 500 chevaux (125 ch/l) à 8 250 tr/mn pour un couple maximal de 460 Nm à 5 750 tr/mn. De la pistarde, elle en reprend, un peu l’héritage sportif, le vilebrequin et les pistons en fer forgé avec bielles en titane. Elle affiche un somptueux rapport poids/puissance de 2,72 kg/ch et des performances du même tonneau avec 3,9 s pour passer de 0 à 100 km/h et 12 s pour atteindre la vitesse de 200 km/h. Compteur bloqué en v-max à une vitesse encore non officialisée mais qui devrait se situer dans les eaux des 310 km/h affichés au compteur de la GT3 RS. Oui, précisons quand même qu’une fois le réservoir rempli à ras bord, le poids de la bête se stabilise à 1 360 kg…Autre temps communiqué que celui enregistré sur le Nürburgring à savoir  7’27 » soit seulement 9 s de plus que la 911 GT2 RS sur la boucle nord…

 

Petit rappel donc pour celle dont le look rappelle la piste mais dont l’utilisation au quotidien devrait ravir le futur conducteur (pilote…). En plus d’utiliser les éléments de suspension généralement rencontrés dans le sport automobile, la réduction de poids se révèle aussi d’une importance suprême. La 911 GT3 RS 4.0 accueille des composants légers tels que les sièges baquets, capot et les ailes avant en fibre de carbone pour un poids contenu  à 1 360 kg. On en revient au seuil magique de 3 kg par ch. On peut aussi noter que la supersportive se pose comme la première Porsche de production à recevoir des « flics », alias ces déflecteurs latéraux améliorant la déportance sur l’essieu avant. Pour le reste, nous ne manquerons pas de vous en parler dans le mag. Ah, pour la route : 600 exemplaires seront produits uniquement en livrée blanche. Disponibilité sur le marché français ? A compter de juillet prochain pour un peu plus de 180 000 euros. Si vous aviez manqué la GT3 puis la GT3 RS, vous ne pourrez pas passer à côté de la GT3 RS 4.0. Ultime de la lignée ? Logiquement oui. Même si le filon…

Laisser un commentaire