De quoi nous rappeler qu’il nous manque dans la gamme Z4 un vilain méchant canard, la redoutable et menaçante Z4 GT3 revient pour 2011. Seconde saison de sa carrière et déjà, de multiples évolutions. Elle aura toutefois démontré son efficacité en sortant victorieuse dans sa catégorie des 24H de Dubaï en janvier dernier, après avoir remporté plusieurs courses en Europe au cours de 2010.
Susceptible de participer au championnat européen FIA GT3, l’International GT Open, l’ADAC GT Masters ou des courses d’endurance de 24 Heures, cette version course de la Z4 ne pèse que 1200 kg grâce au départ du superflus (parmi lequel son toit amovible) et l’emploi de plastiques renforcés de fibre de carbone ; Un modèle de route sDrive35i en est officiellement à 1 580 kg pour 306 ch. Autre de ses atouts, sous son long capot se trouve un V8. Celui dérivé de la M3, emprunté à la M3 GT2. Taillant 4.0 litres la saison passée, il a été revu à 4.4 litres pour cette année, sans que BMW Motorsport ne daigne encore annoncer le bilan chiffré. Il devrait néanmoins se trouver proche de celui de la version 4.0 qui développait précisément 480 ch suivant la réglementation de la catégorie GT3. Pouvant être assistée par un antipatinage, la transmission du couple issu du V8 vise encore les roues arrière via une boîte séquentielle à six rapports possédant une fonction Quick Shift. Seule nouveauté dans son cas, le levier est maintenant remplacé par deux palettes situées derrière le volant. Accompagnant la hausse de cotes on trouve également une toute nouvelle gestion électronique du moteur.
Quant au grand méchant look – Juliane Blasi, auteur des lignes de la Z4, se demande peut-être ce qu’on a fait à son bébé – il rempile. Et on doit dire que l’on aime ça ; Oh woui ! L’aérodynamique dont fait partie la grandiose aile arrière culminant plus haut que le fixe pavillon a toutefois été retravaillée pour plus d’efficacité. C’est d’ailleurs l’évolution la plus notable selon BMW M. Esthétiquement, cela demeure… considérable.
Autre largesse enfin, de la part de ce bon petit diable sur piste : son tarif. Il aura volontiers pris de l’envergure en quelques mois, passant de 298 000 à 315 000 €, hors taxes.



Laisser un commentaire