Il y a un siècle environ naissait Morgan qui, à ses débuts, ne produisait que des véhicules à trois roues. Le Threewheeler dans le texte original. Une solution à mi-chemin entre auto et moto qui a conduit la marque jusqu’au succès, puis aux quatre roues. Imaginée par Harry Morgan, cette conception dont l’avantage certain est la légèreté va maintenant faire son grand retour.
En effet, et cela apparaît comme tout à fait réjouissant, autant qu’étonnant, Morgan va relancer sa ‘trois roues’. Pour la petite histoire, celle-ci est apparue en 1909 et a été produite jusqu’en 1953, en près de 30 000 exemplaires à Malvern (l’entreprise française Darmont Morgan ayant également construit sous licence de nombreux modèles). Après quoi Morgan est entièrement passée aux quatre roues. (Apparue en 1936, la 4/4 – toujours produite! – était la 1ère 4 roues de la marque et tenait d’ailleurs son nom de sa spécificité : 4 roues, 4 cylindres). Très légère, la Threewheeler a par ailleurs participé à de multiples compétitions.
Fêter le centenaire de la marque n’est pas le seul argument déployé par Morgan pour relancer son petit véhicule à trois roues. Le poids plume et l’aspect économique sont également cités. En effet, la nouvelle définition de l’engin possède une masse totale, sans les passagers, estimée à 500 kg. Ceci pour une puissance d’environ 100 ch provenant – comme à l’époque – d’un bicylindre en V cette fois d’origine Harley Davidson, d’une cylindrée de 1,8 litre. Le couple du bicylindre rejoint la roue arrière (seule motrice) via une boîte à cinq rapports issue de la Mazda5. Avec une structure tubulaire et une carrosserie en aluminium, le poids limité autorise en théorie des performances alléchantes. Un 0 à 96 km/h de 4,5 sec environ et une vitesse de pointe estimée à 185 km/h. Dans une caisse de ce genre ; sensations garanties.
Particulièrement enthousiasmant, ce nouveau projet signé Morgan devrait se dévoiler plus en détails en 2011. Très décalé, il pourra peut-être également s’acoquiner avec certaines préoccupations très actuelles ; de faibles consommations et rejets de polluants. On attendra de savoir si une production est prévue, dans quels pays, ou encore, quel permis faudra-t-il pour la piloter.
Morgan ne cessera donc de nous surprendre… On adore ça.

Laisser un commentaire