Que la Pologne se mette à faire des supercars : merveilleux, sincèrement, plus on est de fous, plus on rit. Que l’inspiration pour une telle supercar provienne d’une Lamborghini Reventon, pourquoi pas? On a vu pire comme coup de crayon! Mais il existe une limite à ne pas franchir, celle du plagiat, et la firme polonaise Veno Automotive ne semble visiblement pas au courant. Ils nous disent que leur supercar, la première portant la nationalité polonaise, pourrait très bien prendre place dans le garage de Bruce Wayne (Batman) … mais ils oublient de préciser "si le millardaire en question se retrouvait fauché au point de devoir acheter cette pâle copie de la Reventon." C’est en effet la triste vérité : cette voiture perd toute crédibilité parce qu’elle n’a aucune personnalité, et c’est bien ce que l’on recherche prioritairement dans une supercar. Le reste des données techniques est également suspect : on parle d’un châssis conçu pour encaisser plus de 1000 ch – c’est bien, mais peu exploitable au quotidien – et de l’utilisation de matériaux ultra légers (ouais, de la fibre de carbone, quoi) pour garder la masse aussi faible que possible. Au moins, les fondamentaux sont bien intégrés : poids léger, puissance massive. Mais quand on parle d’un minimum d’aide électronique possible pour ne pas altérer le plaisir de conduite, il faut comprendre : ‘ben, l’ABS était déjà cher à développer, alors impossible de la doter d’un antipatinage, encore moins d’un ESP.’ Soyons clairs, la Dodge Viper et quelques autres ‘vraies’ supercar se passent de ces aides à la conduite, mais si une jeune marque veut faire sa place sur un marché aussi fermé que celui-ci, elle se doit au moins d’avoir un antipatinage, ‘évolué’ à la Gumpert Apollo ou basique mais efficace comme sur une Pagani Zonda. Veno utilisera des moteurs en provenance d’Audi (3 versions du V8 4,2l de 350 à 700 ch) ainsi que de Chevrolet (en prenant le V8 6,3l de la Corvette C6), et pour une fois, ce sont d’excellentes initiatives. Développer un moteur en interne est ruineux (dédicace pour TVR), et les V8 de la S4 et de la C6 sont de petites merveilles, alors oui, c’est un excellent point de départ. De même, Vano n’envisage de produire que 50 modèles (10-12 par an) en version coupé ou roadster, un gage bienvenu d’exclusivité. Mais tout cela est gâché par la fénéantise des designers … et sans doute que le projet sera bien vite coulé par les avocats d’Audi (propriétaire de Lambo). Ce n’est pas encore un essai réussi pour la Pologne dans le monde des supercars, mais il y a malgré tout de bons éléments à reprendre.

Laisser un commentaire