La voiture c’est mal, la voiture ça tue, la voiture ça pollue. Alors qu’est-ce qui pousse des centaines de milliers de personnes à aller s’agglutiner sur les autoroutes urbaines aux heures de pointes, que ce soit en région parisienne, marseillaise, lyonnaise ou encore lilloise ? Ces gens sont-ils bêtes, irresponsables et intoxiqués par le lobby des constructeurs  ? Pas nécessairement…

1 : La voiture est plus flexible

métro foule

Pas besoin de se stresser avec des horaires à respecter, la voiture c’est la liberté. On part quand on veut, on s’arrête quand on veut (pour faire pipi par exemple), on emporte de super gros objets si on veut. Pas besoin de se fader des correspondances alambiquées pour aller d’un point A à un point B, séparés par quelques kilomètres… Et vous avez déjà essayé de prendre le métro avec une poussette ? La grosse galère dans les escaliers et les portiques, surtout quand il y a foule, comme sur la photo ! Et encore, je parle des cas où on dispose de transports près de chez soi.

2 : La voiture préserve mieux les poumons

metro quai

Une étude récente le prouve : l’air est 4 fois moins pollué au micro-particules sur le périphérique parisien que dans les couloirs confinés du métro ! Mais d’où viennent ces particules ? Des garnitures de frein des trains, des frottements de leurs roues, bref c’est du Ferrodo et des métaux lourds qu’on respire à pleins poumons, soit des trucs qui peuvent foutre le cancer bien plus sûrement que des gaz d’échappement sortant de véhicules aux normes Euro VI. Et c’est la RATP qui le révèle sur son site ! Du coup, on comprend pourquoi les machinistes ont des primes de travail en sous-sol.

3 : La voiture est plus propre

photo

Ah, se retrouver assis devant un passager qui vous éternue dans la figure. Ah tous ces gens qui toussent et balancent leurs miasmes dans l’air ambiant. Ah, les flaques de vomi qui décorent les wagons. Ah les dépôts en tous genres sur les barres de maintien et les boutons d’ouverture de porte. Hiiikk ! La première chose à faire en rentrant chez soi après un trajet sous-terrain : se laver ! Y a pas à dire, on ne trouve rien de tout ça dans sa voiture à moins d’être très, très crado.

4 : La voiture est infiniment plus confortable

métro bondé

Mmhh, les heures de pointe où on est écrasé les uns contre les autres dans les wagons, où on a le nez dans les cheveux sales d’un(e) usager(gère) qui préfère s’acheter du déo bon marché que du shampooing… Sans oublier le crissement douloureux des roues qui crissent sur les rails dès que la voie n’est plus droite, la puanteur, les sièges (quand ils sont libres) conçus pour des Schtroumpfs et non des humains, s’asseoir dans le sens opposé à la marche, la chaleur étouffante l’été, les courants d’air glacés l’hiver… Alors que dans sa voiture, on a son espace vital, sa musique, ses fauteuils étudiés avec soin par les constructeurs. Parfois, c’est même le seul moment de relaxation de la journée, le seul moment à soi, où on peut péter sans se faire enguirlander…

5 : La voiture va plus vite

métro attente 2

Sans même parler des grèves, des ‘incidents graves de voyageur’ et des pannes de matériel (ce matin, je me suis retrouvé coincé 30 minutes entre Saint-Denis et la Courneuve dans le RER B, le pied…), il faut tout même reconnaître que ça va très, très lentement en métro ou en RER. Vous voulez aller du centre du 77 au centre du 78 ? Comptez 4 heures en transport, 1 heure et demie en voiture en roulant pépère. Et encore, de jour et en semaine ! Car le soir, la nuit et le week-end, un tel parcours n’est parfois pas possible du tout. Sans oublier l’attente parfois interminable durant les correspondances… Demandez donc à un habitant de Clichy-sous-Bois combien de temps il lui faut pour rejoindre Paris en transports, alors qu’il n’y a qu’une grosse dizaine de km ! Globalement, pour les déplacements locaux quotidiens, la vitesse moyenne est de 36,6 km/h en voiture (en progression depuis 1994) contre 17,7 km/h en transports (en régression depuis 1994, source ENTD).

Tout ceci est tellement vrai que dans de grandes agglomérations comme Paris, Lyon ou Bordeaux, on a mis en place des systèmes d’autopartage comme Autolib’. Quoi ? Je suis de mauvaise foi ? Ok, il y a de ça mais pas que. Je n’ai même pas parlé du plaisir de conduire ! Le seul intérêt que je trouve aux transports en commun, c’est qu’ils coûtent moins cher. Alors oui, peut-être qu’il faudrait plus y recourir pour réduire les embouteillages, la facture énergétique, la pollution atmosphérique, que sais-je encore, mais en l’état, les utiliser impose le plus souvent faire preuve d’un stoïcisme magistral. Aux pouvoirs publics de repenser l’offre ! Vont-ils le faire ? C’est très peu probable dans la mesure où la très grande majorité des voyageurs n’ont pas d’autre choix que d’emprunter les transports en commun…

 

Image principale : Wiki trains.

14 Réponses

  1. Speed

    On sent l’article en réaction « frustré » aux événements de la journée de Stéphane. il n’empêche que tout ce qui est avancé à l’air vrai est vérifiable sur les liens (ou d’autres pour ceux qui veulent pousser l’étude plus loin) fourni par l’auteur. A envoyer à nos cher gouvernants avec une dédicace, eux qui parlent du bien fait des dits transports en commun sans n’y avoir jamais une fois les pieds de leurs vies, ou alors il y a longtemps dans leurs jeunes années de l’époque charbon pour la plupart!!!

  2. Yann Plusquellec

    Je suis d’habitude assez bavard. Je me suis dit qu’ici, dans cet article, tout ce que je pense sur le sujet était dit (y compris votre commentaire, mon cher Speed, je suis complètement d’accord) alors j’ai fait court avec ce grand Bravo.

  3. Vinc'

    Bon je ne vois plus un seul de mes commentaires sur ce site, mais tant pis, j’écris encore ! :)

    Je suis 100% d’accord avec ce reportage.
    J’y ajouterais une expérience personnelle, ainsi qu’une réflexion :
    L’an dernier, je suis parti en Ecosse pour mes congés d’été. Edimburgh, sa capitale est envahie de….bus ! Très, très peu de véhicules automobiles, encore moins de particuliers (sauf sûrement les résidents). Pourquoi ? Tout autour de la ville, à une dizaine de km en périphérie, des gigantesques parkings où le pèlerin moyen vient déposer sa voiture pour y prendre le bus. Un ticket = le parking pour toto + la journée en bus dans la ville, plus le retour vers toto le soir. J’ai trouvé le concept « park&ride » super intéressant, et « poussé », j’entends par là que la facilité du ticket unique pour le service global, la profusion de bus qui circulent annihilant le défaut de flexibilité annoncé plus haut, il est compliqué d’être réfractaire pour une autre bonne raison que de ne pas tenir le cerceau ! Par contre, j’y vois deux problèmes majeurs à transposer en France :
    – Les Ecossais, quand ils gerbent, ils nettoient.
    – En Ecosse, quand on gare sa voiture, on ne la met pas en danger, ou en tous cas, on n’a pas l’impression de la voir pour la dernière fois intacte, ou la voir pour la dernière fois tout court au moment de bipper la centralisation)…

    Maintenant, une réflexion : Taxer les automobilistes « seuls » dans leur autos sur le périph, bonuser les deux roues sur le périph…

  4. Le piéton chieur ...

    Moi aussi, je puis être tendance voir tendancieux dans un article miroir …

    Point 1:
    Quand j’arrive au point B en voiture surtout dans Paris je dois trouver un endroit pour me garer et quand je rentre de ce point B après une fête bien arrosée, je dois trouver un « gus » sobre pour conduire et avoir donc prévu ces deux paramètres à l’avance. Pas très souple, surtout pour le « gus ». Ensuite quand on part du point A à une certaine heure, on n’est pas du tout sur d’arriver au point B à l’heure prévue. Alors qu’en transport en commun, en général, on est plutôt bien cadré coté horloge et boisson.

    Point 2:
    Je vais surement trouver une belle étude qui me dira que pour d’autres particules pas si fines que ça, je m’intoxique franchement sur le périphérique pare-choc contre pare-choc aux heures de pointes et pas dans les sous sols du métro.
    Je vais chercher … si, si, j’insiste !

    Point 3:
    Ben, le monsieur il a pleinement raison, la voiture d’un « crado » sera bien « crado », comme certains endroits dans certains métros ou RER à certains moments mais statistiquement c’est faux. Encore faut il prendre les transports en communs pour le constater. La seule chose que je peux concéder c’est que globalement le métro ou le RER ne sentent pas bon sans pour autant être nauséeux en général.

    Point 4:
    Moi, dans le métro, je peux lire sans inconfort flagrant pendant les 2/3 de mon trajet et ainsi consommer une culture écrite intense, ce qui est impossible à tout conducteur automobile. Alors certes, il y a les grosses têtes sur RTL mais bon c’est pas le même registre (Ok, France Culture aussi) ! Ah, un détail, toutes les nouvelles rames sont faites pour les grands à présent … mais bon, il faut se glisser dans le métro de temps en temps pour le constater et pourvoir s’y déplacer sans problème en ayant l’intelligence et/ou la possibilité de décaler un peu ses horaires pour en profiter mais on me dira surement alors « ah tu vois, c’est pas flexible » … « ben non, pas plus que les deux plombes pour faire 15 bornes aux heures de pointes en voiture alors que moi je suis déjà arrivé » (hors banlieue à banlieue, je le concède pleinement). Autre point, lorsque je prends le TGV (c’est aussi un transport en commun non ?) pour aller à Aix en Provence en 2 x 3 heures pour un WE en restant frais et dispo, je vois le fier gaillard dans sa Twingo ou sa Ferrari (90 km/h de moyenne quelque soit le moteur hors PV) devoir rouler de nuit et être au bureau le lundi avec des allumettes pour se tenir les paupières !

    Point 5:
    Le point le plus simple à contredire, ben oui, vous voulez vous rendre de la banlieue au centre de Paris aux heures de pointes bien lourdes surtout avec de la pluie, et bien c’est 15 minutes de Juvisy à Saint Michel en RER la plupart du temps et jusqu’à 1h30 en caisse aléatoirement sans compter le temps pour trouver à garer la tôle …

    Bref … comme je le disais, c’est consternant monsieur … Schlesinger … et quand on a que ça à dire dans un magazine automobile c’est que le cerveau n’est pas aussi bien entretenu que la carrosserie … mais bon, « apprendre plus à lire dans la presse auto qu’à l’école » … mazette, c’est juste un cran au dessus de celui qui a appris à lire dans l’équipe au lieu de faire acte d’écoute à l’école (oui le football n’est pas ma tasse de thé, c’est clair).

    Ah oui, j’oubliais, dans la catégorie, que pourrait faire l’état ? (ben oui, moi aussi je peux être ultra …)
    Proposer une occupation de la voirie en personne par m2 et taxer le « luxueux » automobiliste qui en occupe au bas mot 6 contre 1/2 pour le communard …
    Proposer une fiscalisation des transports en commun tout comme le gros du réseau routier l’est. Les automobilistes payent leur voiture et leur essence et les piétons leurs chaussures et les calories pour marcher. Tout le commun étant gratuit. J’en vois déjà certains qui s’insurgent sur la rame de métro ou la motrice TGV mais celles-çi font partie de l’infrastructure, elles ne sont pas des espaces privés tant vantés par le monsieur qui lit automobile magazine depuis le cours préparatoire.

    Voilà, paf, je me suis lâché avec plein de vérité contrefaite et de mauvaise foi … comme vous dans votre « article » !

    Et ce n’est pas ainsi que l’on fera avancer le débat ni dans l’article d’origine, ni dans le piteux essai d’article miroir que je viens de commettre juste pour répondre en écho avec la même artillerie foireuse …

    Avec respect pour la personne sans volonté d’offenser malgré la forme prise à dessein pour l’intensité de la réplique. Et mes excuses pour les fautes de français à cette heure sans relecture efficace …

    • Stéphane Schlesinger

      Ah mais je suis flatté que passiez autant de temps à commenter un article « consternant » (dans lequel j’admets tout à fait ma mauvaise foi) mais comme vous le dites si bien, quand on n’a pas « le cerveau aussi bien entretenu que la carrosserie », comment pourrait-il en aller différemment ? En conséquence, je vous sais également gré de vos bons conseils cher Piéton ^^

      • Le piéton chieur

        Si un jour j’ai de quoi me payer un box dans Paris (oui j’ai longtemps été Banlieusard avant d’être un infâme Parisien 😉 ), j’y entretiendrais une Opel GT 1900 (ou une Corvette 68 ? -trop cher sûrement et trop marqué-) … comme quoi un Piéton aime aussi certaines voitures sans avoir la foi dans l’automobile en général :-)
        Bonne journée, je vais filer dans ma première voiture, le métro … puis le BUS … bref, une RATP modèle 2015 avec les options horaires décalés.
        PS : je salue mes collègues (surtout un :-)) ) qui ont eu l’idée de me brancher sur votre blog en sachant très bien l’effet qui en découlerait 😉

Laisser un commentaire