Ecoulée à plus de 230 000 exemplaires dans le monde depuis son lancement fin août 2013, la nouvelle Peugeot 308 connaît un succès très honorable. Après les blocs à 3 cylindres et le break, elle continue d’étoffer sa gamme avec cette version un peu épicée, la GT forte de 205 ch. De quoi attendre sereinement la sulfureuse R qui promet 270 ch ?

Technique

308-gt-moteur

Sans surprise, la 308 GT reprend le bloc 1,6 l turbo archi-connu. Cela dit, Peugeot ne s’est pas contenté de transplanter dans ce modèle la motorisation de la 208 GTI. Ici, le THP, répondant à la norme Euro 6, développe 5 ch de plus (205) à un régime plus élevé (6 000 tr/min contre 5 800) tandis que le couple maxi progresse de 10 Nm (285 Nm au total), toujours à 1 750 tr/min. Et malgré un poids supérieur de 40 kg (soit 1 200 kg, une excellente valeur, encore que la SW y ajoute 115 kg), la 308 consomme un peu moins que la 208 : 5,6 l/100 km en moyenne normalisée contre 5,9 l/100 km, soit 130 g/km de CO2 contre 139. La compacte sochalienne doit aussi sa plus grande frugalité au stop and start qu’elle reçoit de série, alors que sa petite sœur s’en passe pour l’instant. Côté transmission, seule une boîte 6 manuelle est proposée : à quand une unité séquentielle ? Seule la GT à moteur diesel HDi de 180 ch en dispose, un comble ! Heureusement, avec 41 km/h pour 1 000 tr/min en 6è, l’étagement n’apparaît pas démesurément long, ce qui devrait profiter aux reprises.

308 GT statique

Côté chrono, la 308 GT est donnée pour 235 km/h au maxi, 7,5 sec sur le 0 à 100 km/h et 27,9 sec sur le 1 000 m départ arrêté. Elle reste moins performante qu’une Golf VII GTI (voire qu’une 208 GTI) mais plus rapide qu’une Seat Leon TSI 180, cette dernière accélérant aussi fort jusqu’à 100 km/h.

Le Peugeot conserve un châssis classique, avec à l’avant des jambes McPherson et à l’arrière un essieu de torsion. Le tout se voit affermi par rapport aux versions moins puissantes (+20 % à l’avant et + 10 % à l’arrière), abaissé de 7 mm à l’avant et 10 mm à l’arrière, et monté sur des pneus en 225/40 par 18 (Michelin Pilot Sport 3). Quant au freinage, s’il conserve des étriers flottants, on note à l’avant de grands disques de 330 mm  (268 mm à l’arrière sur la berline et 280 mm sur la SW). Cela peut sembler maigre face à ses rivales pré-citées qui adoptent un train arrière multibras, mais il ne faut pas oublier la très grande maîtrise du Lion quand il s’agit de peaufiner des liaisons au sol. Justement, comment tout cela se traduit-il sur route ?

Au volant

peugeot 308 GT tableau

C’est au Portugal que se déroule cet essai, par une météo assez humide. Notre auto reçoit la sellerie cuir optionnelle (1 600 €), très agréable. Le siège maintient bien tout en conservant un moelleux appréciable, tandis que la position de conduite s’avère impeccable. Je mesure 1,88 m et les cadrans surélevés demeurent parfaitement lisibles. Malgré des plastiques durs autour du levier de vitesse, la finition se révèle convaincante, avec un joli matériaux moussé sur la planche de bord et une qualité d’assemblage évitant tout bruit parasite. Ce n’est pas tout à fait aussi bien fait que dans une Golf, certes, mais on ne trouve rien de rédhibitoire.

Je réveille le moteur au moyen d’un bouton (hélas) et le frein à main automatique (encore hélas, je n’aime pas ça) se desserre. En ville, le THP fait preuve d’une jolie souplesse, en harmonie avec la douceur des commandes mais aussi de l’amortissement. Tout cela se confirme ensuite sur route : cette 308 GT, très bien insonorisée, prodigue le type de confort qu’on apprécie sur long trajet.

308 route soir

Seulement, Speedfans oblige, on va augmenter la cadence. Pression sur la touche Sport au pied du levier de vitesses : l’éclairage des cadrans vire au rouge, les haut-parleurs donnent une sonorité artificiellement rauque, façon jeu vidéo. Franchement on pourrait se passer de genre d’enfantillage. Plus intéressant, la direction s’affermit et l’accélérateur se fait plus réactif.

Le petit volant, très précis, commande un train avant assez mordant en inscription et surtout nanti d’une sacrée adhérence. On se sent donc très en confiance pour attaquer d’autant que rien de nuisible n’est à craindre de la poupe. Je hausse le rythme encore et encore, tant la limite sous-vireuse est loin, très loin. Rarement vu un grip pareil sur une voiture qui n’est pas présentée comme sportive. En découle une efficacité de très haut niveau, qui reste évidente sur mauvaise route tant le compromis d’amortissement est remarquable. La 308 GT vire à plat, contrôle parfaitement ses mouvements de caisse, mais sans jamais malmener ses passagers ni se laisser déstabiliser par les aspérités abordées en appui. Alors oui, à ce moment, on sent de brefs mouvements latéraux du train arrière (à cause de l’essieu de torsion), mais rien qui ne nuise à la tenue de route. Quant au freinage, malgré les étriers flottants, il concilie puissance et endurance. Mieux, la pédale, ferme et bien placée, autorise non seulement un dosage très fin mais en plus facilite le talon/pointe. Les amateurs de conduite active apprécieront.

Signalons aussi qu’une simple pression sur le bouton d’ESP (mal positionné en bas à gauche du volant) suffit à désactiver complètement toutes les aides, très discrètes dans leurs actions soit dit en passant. La 308 ne change pas de visage, preuve de la rigueur de conception du châssis. Même sur le gras, elle conserve une motricité étonnante. Et si on la provoque en appui, par un lever de pied rapide, la poupe peut décrocher très gentiment. Du beau travail.

La seule déception, légère, provient du moteur. Souple et vigoureux à mi-régime, il n’aime pas spécialement passer les 6 000 tr/min et rupte brutalement à 6 750 tr/min. Surtout, on aimerait globalement plus de punch et de caractère, d’autant que la consommation, malgré l’injection directe, n’est pas spécialement intéressante. En roulant sans excès, on flirte vite avec les 10 l/100 km.

308 route

 

J’ai pu aussi essayer la version SW. Plus lourde et fermement suspendue, elle est moins plaisante globalement, d’autant que le surpoids pénalise assez nettement les prestations d’un moteur qui n’en demandait pas tant. Vivement une définition plus agressive du THP !

Face à la concurrence

C’est là que ça se corse pour la Peugeot 308 GT. A 30 450 €, elle coûte 3 410 € de plus que la Seat Leon TSI180 FR et 1 450 € de plus que la Kia Procee’d GT (204 ch), aux prestations très similaires mais bien mieux équipée (sellerie cuir, toit ouvrant, xénons). Elle est toutefois affublée de 2 200 € de malus. Citons également la Skoda Octavia RS, plus spacieuse et performante que la française avec ses 220 ch pour moins de 700 € de plus malus compris…

Pour le reste

La GT devrait représenter 3 % des ventes françaises de 308, avec un tiers pour l’essence et deux tiers pour le diesel. La version SW réclame une rallonge de 1 450 €.

peugeot-308-gt-jante308 break berline

Essai Peugeot 308 GT 205, enfin du sport ?
Caractéristiques Moteur : 4 cylindres, 1 598 cm³, turbo, Puissance maxi : 205 ch à 6 000 tr/min, Couple maxi : 285 Nm à 1 750 tr/min, CO2 : 130 g/km, Poids : 1 200 kg (5,85 kg/ch), 0 à 100 km/h : 7,5 sec (constructeur), Vitesse maxi : 235 km/h (constructeur), Prix de base : 30 450 €, En vente : maintenant.
MOTEUR70%
COMPORTEMENT95%
QUALITE & DESIGN75%
CONFORT & PRATIQUE85%
EMOTION80%
Les +
  • Châssis remarquable
  • Confort/efficacité
  • Agrément général
Les -
  • Léger manque de punch
  • Prix excessif
  • Consommation un chouia élevée
81%Note Finale
Note des lecteurs: (230 Votes)
15%

31 Réponses

  1. Rom

    La 308 n’est enfin plus transparente! Elle est tellement insipide que cette version GT lui apporte beaucoup: Une teinte très jolie qui lui va à ravir, un look plus sportif et plus cossu avec les bas de caisses, sorties d’echappement et jantes.
    Bravo Peugeot

    • Rom

      +1 pour le dynamique mais pour le réussi! Ce n’est pas un canon non plus! Elle n’est ni belle ni moche, juste insignifiante!
      Mais cette version lui apporte plus de personnalité et de sportivité

      • Elessar

        Je pense que son coté « allemande » fait penser aux Golf. Bref moi je lui reproche un manque d’agressivité à l’avant, puis sur les cotés c’est trop lisse… (c’est l’apparence trop passe partout qui me plait moin mais c’est à chacun son point de vue) Peut etre mon futur achat d’ici 3ans car elle est largement abordable! hâte de l’essayer 😉

  2. PLUSQUELLEC Yann

    Je ne suis pas d’accord avec le commentaire de Thierry. Passe encore pour le design extérieur qui peut prêter à discution, bien que pour moi il ne doive pas grand-chose à « l’allemand » mais bien plus à « l’international » (qui, à force de ne vouloir déplaire à personne, finit par ne plus plaire à grand-monde, soit dit en passant) . Mais pour ce qui est du design intérieur, je suis désolé, il n’a rien « d’allemand ». On n’a encore jamais vu de voiture allemande avec un tableau de bord aussi novateur, que je sache. Par contre, cette planche de bord est tout à fait dans la continuité d’une tradition bien française, avec Citroën comme fer de lance, dans la recherche et l’affirmation d’une personnalité, parfois certes un peu farfelue, mais toujours bien créative et en tout cas bien à part du reste de la production automobile. Je serais curieux de savoir ce que notre ami Thierry entend par « faire de l’allemand », en excluant le design, la qualité et la finition?…

    • Rom

      Pour ce qui est de l’intérieur, j’ai eu du mal à m’y faire. J’ai longtemps vu un intérieur de Leon!

      Pour ce qui est de l’extérieur, attention à ne pas confondre design allemand et design du groupe VAG. Si eux proposent de l’évolution plus que du changement et que leurs productions peuvent être fades, il n’en est rien chez Mercedes et BMW: comparez les anciennes serie 5, série 7, série 3… regardez les série 4, les versions GranCoupe et GT (même si je suis d’accord que ce n’est pas du tout joli), le segment du X6 et du X4, prenez aussi les anciennes Classe A! Si ça ne s’appelle pas du changement. Vous en voulez encore? Alors regardez le GLA, la CLA, la S Coupe, le GLE, la nouvelle C… Ca bouge, ça change, ça invente de nouveaux segments. Toutes les productions ne sont pas figées, au contraire.
      PSA semble prendre exemple sur le Groupe VAG (une fantastique réussite) mais ne doit surtout pas faire ce choix de l’immobilisme stylistique: ça ne plait pas à tout le monde chez VAG et il faut reconnaître qu’ils ont fait ça pour préserver la notoriété de leurs modèles. PSA n’en a pas, il faut justement qu’il frappe fort et propose de véritables canon, avec des efforts comme ceux fait sur la présentation et la finition des derniers modèles, il y a de fortes chances que ça payera!

  3. Lee O'neil

    Bel essai avec de magnifiques photos (bravo au photographe pour la quantité de photo mais surtout pour leur qualité).

    Je suis un peu étonné que pour vous sportivité rime avec train arrière joueur.
    Est-ce que les vitesses de passage en courbe élevées, les virages bien à plat, les appuis nets et francs (tout en ménageant un réel confort) ne suffisent pas à caractériser une définition dynamique (on n’est pas évidemment dans le grand sport) d’une berline compacte ?
    Est-ce que tous les acheteurs cherchent vraiment à faire des dérives du train arrière ?

    Pour le chapitre « face à la concurrence », je trouve que la concurrence se trouve effectivement du côté de la Seat Leon mais aussi de la Golf GTD.
    Il y a aussi l’Alfa Romeo JTDM 175 ou la Ford Focus 2.0 TDCI 185.
    En revanche, la Skoda Octavia n’est pas de la même catégorie, presque 4.7m de long, et la Kia Pro’ceed GT n’existe qu’en 3 portes si je ne me trompe pas (sans parler de l’image dans la catégorie des compactes vitaminées…).

    • Lee O'neil

      J’ai constaté que si les photos sont sympas, ce sont celles du dossier presse étant donné qu’on le retrouve ailleurs…
      Bon, ça n’enlève rien à leur qualité (à mon goût) !

  4. Stéphane Schlesinger

    Lee, les Golf GTD, Alfa Romeo JTDM 175 et Ford Focus 2.0 TDCI 185 sont des diesels. Elles n’entrent pas en concurrence avec la 308 GT 205 mais bien avec la GT HDi, qui n’est pas essayée ici.
    Ensuite, certes, la Procee’d est une 3-portes, mais ça ne l’empêche selon moi pas de rivaliser avec la 308, pas plus que les 4,66 m de la Skoda : la 308 SW mesure 4,58 m.
    Enfin, quant au train arrière joueur, nous ne limitons pas notre appréciation de la sportivité à cela, autrement, une 206 XR 1.4 serait la reine des sportives ! J’ai bien parlé d’adhérence et de précision en premier lieu. Le train arrière qui se place est utile en conduite sportive car il permet d’orienter la voiture dans le sens de la sortie du virage avant la fin de celui-ci, et donc de réaccélérer plus tôt.

    • monsterjayjay

      Ok, mais pourquoi ne pas comparer face à la référence des compactes la Golf ? Peugeot voulant monter en gamme et sa cible, c’est la Golf GTI et non la seat ou la Skoda ! Peut être qu’elle n’est pas au niveau face à la Golf ?

  5. Math

    Dommage pour le moteur, pas beaucoup d’évolutions depuis la sortie de la DS4 THP200.
    Certes sur le plain technique il y a des retouches mais au final toujours le même ressenti derrière le volant :
    « on aimerait globalement plus de punch et de caractère, d’autant que la consommation…flirte les 10l/100 ».

    De ce côté là ma Focus 3 ST est beaucoup plus intéressante 10,5L de conso mais avec beaucoup plus de caractères moteur, plus de puissance (250ch, 360nm) et le même prix : 30 000€ affiché, 26 000€ négocié.

  6. monsterjayjay

    Je trouve la planche de bord fait pauvre avec ce seul écran au milieu ! De plus, je ne trouve vraiment pas pratique cette mode du tout tactile ! Le design extérieur fait référence au modèle VW ou Audi, Peugeot faisait la promotion ainsi lors de sa sortie !

  7. Eutha

    Possédant une Giulietta essence (multiair 170cv), je pense qu’elle pourrait être une bonne concurrente à cette 308 GT. Bien que honnêtement, la 308 est nettement mieux finie et avec un meilleur châssis. Mais niveau design rien à dire, la Giulietta est tellement belle, qu’on en oubli vite ses défauts. :-)

  8. Vinc'

    J’apprécie de lire tant de remarques constructives, et surtout du même avis que moi !!! Je me sens moins seul que sur d’autres sites…

    Je trouve la 308 complètement impersonnelle et fadasse de face avant. Elle me fait penser aux premières compactes chinoises qui ont montré le bout de leur nez voilà une dizaine d’année…

    L’arrière, c’est un mix d’A3, de Golf, et de biens d’autres hatchs. De toutes façons, en conservant cette forme, difficile d’être original en design, sauf à provoquer volontairement des excroissances en forme d’énormes logo ou phares, pour se démarquer un peu. Là Peugeot a raison de jouer la sobriété je trouve.

    Quant au tableau de bord…. quand je regarde la pub de la 308 où ils montrent le coup de gomme sur les boutons, à chaque fois je gueule dans ma tête sur le « gommeur » en lui disant : « arrêtes ! t’en enlèves trop !!!! ». Selon mes critères de goût, la planche de bord n’est pas épurée, elle est nudifiée ! Du coup, d’un tableau de bord rempli d’acnée chez PSA il y a quelques années, on se retrouve avec une accumulation de planches de plastiques pleines, sans rien dessus… Et le petit volant je trouve çà original, mais pas à mon goût non plus.

    Voili voilou… :o)

  9. PLUSQUELLEC Yann

    Moi, de l’arrière, je trouve qu’elle a quelque-chose, un je-ne-sais-quoi qui lui donne une posture un tantinet agressive… Avec sa ceinture de caisse haute, sa lunette étroite entourée d’un becquet, des hanches marquées, elle me fait un peu penser à la Mercedes Classe A ou à la GLA… Mais pas à la Golf ni à l’A3. Mais peu importe, de derrière, avec ses feux griffés, elle se remarque dans la circulation. Par contre, de l’avant, je suis complètement d’accord, et je le dis depuis le début, elle est transparente, on ne la remarque pas, on ne la voit même pas.
    Pour ce qui est de l’intérieur, je le trouve personnellement exemplaire. Son dessin très recherché et soigné ( on peut véritablement parler de design) compense amplement son minimalisme. Il ne dépareillerait pas un concept car.

  10. Gaz84

    Attention aux délais de livraison.
    Peugeot doit faire face à de gros problèmes de production en France et au Japon (boite auto Aisin). J’ai commandé ce modèle et j’aurai droit à 6 mois d’attente minimum (source service Prod Peugeot).
    Naturellement, aucun vendeur ne vous l’avouera car ce n’est pas un argument de vente.
    Donc si vous souhaitez partir en vacances cet été avec cette 308, passez votre chemin…

    • Stéphane Schlesinger

      Si c’est de la boîte auto Aisin qu’il s’agit, alors la 308 GT essence n’est pas concernée puisqu’elle n’a droit qu’à une commande manuelle.

      • Gaz84

        J’aimerais bien te rassurer camarade, mais il y a aussi des problèmes de production en France. Ils sont en train d’honorer les livraisons imposées dans les concessions Peugeot jusqu’à fin mars, puis ils commenceront les particuliers. Imagines toutes les commandes en souffrance depuis septembre 2014…faudra être patient.

    • lionel

      Je suis allé chez Peugeot pour passer commande de la même voiture, mais il m’a tout de suite annoncé le délai de livraison supérieur à 6 mois, j’ai passé mon chemin

  11. nico

    possédant une 308 thp155 à la base, « débridée » a 200cv maintenant , je me demande comment vous faites pour faire du 10l/100 avec … hormis bien évidemment en 100% ville ou attaque permanente, car la mienne avec 95% de route de montagne quotidienne , quelques facéties aussi, j’en suis à 8l… m’enfin … pour ce qui est de la voiture,la mienne, le seul point assez déroutant est la direction,sensation de déconnexion avec le bitume, mais on s’y fait, sinon pour le reste elle va bien,bonne position de conduite,confortable,silencieuse,performante (sur les 4 premiers rapports … ) le volant est génial une fois habitué a sa taille,le gps quoi qu’un peu lent fait ce qu’il faut, et puis a titre perso , elle en jette, vraiment fier de rouler en française pour une fois.

  12. nikokolas

    Très bonne voiture a mon avis…
    … meme si je préfère ma Seat Leon 3 180.

    Malgré ses 20 ch et 35 Nm de moins et son poids supérieur celle ci offre des performances équivalentes, bizarre…

    Sinon pas trop fan non plus de la suppression des boutons de climatisations, a mon avis cela nuit a la sécurité car un écran tactile demande plus de concentration qu’un bouton pour sa manipulation.

    Sinon l’intérieur est très séduisant, les petites touches de chromes par ci par la amène un certain raffinement, bon point aussi pour le pédalier a lu qui manque tant a ma Leon.

    L’extérieur est pas mal mon plus. Certes il y a un peu de rondeur mais cela reste dynamique.

    La seule inconnue reste la fiabilité. Est ce que le 1.6 THP est maintenant fiable? Ce moteur a souvent été un nid à problème dans le passé et bien que le groupe VAG ne soit pas non plus bon élève en la matière, les 1.8 / 2.0 T(F)SI type EA888 auquel ce 1.6 THP est souvent opposé sont bien plus fiable à mon avis.

Laisser un commentaire