Lancée en 2011, la DS4 avait pour mission d’installer Citroën dans le segment des compactes premium. Un peu décalée dans son positionnement, mêlant des influences de coupé et de SUV, elle n’a pas totalement convaincu, ses ventes demeurant globalement en-dessous des 40 000 exemplaires annuels, soit environ 110 000 au total. Aujourd’hui, elle reçoit les excellents blocs essence à 3 cylindres déjà vus dans les Peugeot 308 et Citroën C4. De quoi se remettre en selle ?

Technique

moteur puretech

Très classique, la DS4 reprend la plate-forme 2 du groupe PSA, qui équipe notamment l’ancienne Peugeot 308, les 3008-5008, la Citroën C3 et même la DS5. A l’avant, la suspension se compose de jambes McPherson complétées de triangles inférieurs tandis qu’à l’arrière se trouve un simple essieu de torsion. Des épures très simples certes, mais mieux vaut une technologie éprouvée et bien mise au point que des solutions raffinées et mal maîtrisées.

Sous le capot, les choses s’avèrent plus intéressantes. Le bloc Puretech 130 remplace le VTi 120. Ainsi, il compte 1 cylindre de moins (3 au lieu de 4), voit sa cylindrée chuter de 1,6 l à 1,2 l, phénomène qu’il compense en se dotant d’un turbo. L’injection toujours directe (200 bars de pression) se complète de déphaseurs sur les arbres à cames d’admission et d’échappement, le tout donnant une puissance de 130 ch à 5 500 tr/min (au lieu de 120) et surtout un couple de 230 Nm disponible dès 1 750 tr/min (contre 160 Nm à 4 250 tr/min). Notons l’abandon de la chaîne de distribution au profit d’une courroie humide.

Ce moteur, répondant à la norme Euro 6, a apparemment besoin de s’atteler à une boîte à l’étagement désespérément long (46,8 km/h pour 1 000 tr/min en 6è contre 44,3 à la THP160 et 40,5 à la THP200 : allez comprendre), pour abaisser les consommations normalisées tout en se dotant d’un stop and start. Le mixte évolue en 5,0 l et 5,2 l/100 km suivant la monte pneumatique, soit de 116 à 120 g/km de CO2. Une THP200 n’émet que 149 g/km pour 70 ch supplémentaires et un étagement bien plus court…

Les performances officielles progressent, la vitesse maxi passant de 193 à 198 km/h et le 0 à 100 km/h chutant de 10,8 à 9,9 sec. Mais comment tout cela se traduit-il sur route ?

Au volant

citroen-ds4-tableau

A bord, on retrouve grosso modo la planche de bord de la C4, ce dont on ne se plaindra pas car elle se révèle plutôt plaisante à regarder et correctement fabriquée. En revanche, vu le niveau de gamme, certains détails de finition choquent, comment le matériau vraiment basique des pare-soleils coulissants, rendus impératifs par le pare-brise panoramique. Conséquence directe, ils émettent des bruits parasites alors que la voiture totalise moins de 1 000 km.

On se console par le bel aspect  des plastiques de la planche de bord et de la sellerie cuir (à 2 810 € l’option minimum, c’est bien le moins !), mais on espèrerait plus d’homogénéité à ce niveau de gamme. Sur notre modèle d’essai, le GPS (option à 1 010 € en version Chic) avouait son âge par une ergonomie dépassée et un écran trop petit, mais entre-temps, une version remaniée de la C4 a été présentée intégrant une tablette tactile de 7 pouces qui devrait rapidement arriver dans la DS4.

La position de conduite un peu surélevée donne un point de vue très plaisant sur la route, que l’on domine plus qu’à bord d’une C4. Le siège, disposant d’une fonction massage sur cette version So Chic, maintient bien : voici un bon environnement de conduite. Au démarrage, le moteur émet une note typique de 3-cylindres, pas forcément désagréable. Très souple à bas régime (à condition de ne pas tomber sous les 1 500 tr/min), il se plie volontiers à une conduite coulée, qui se marie bien à la douceur des commandes ainsi que de la suspension.

citroen-ds4

Sur route, la douceur reste de mise. Elle se complète d’une excellente insonorisation et d’un amortissement très prévenant, le tout permettant un confort de haut niveau. La position de conduite surélevée et le grand pare-brise garantissent pour leur part une ambiance décalée et ma foi tout à fait valable. Voici une auto très relaxante. Mais si on veut s’amuser ? Le moteur, performant à mi-régime, ne grimpe pas très haut : le rupteur intervient dès 6 000 tr/min, ce qui n’est pas si grave vu la longueur des rapports. Et de toute façon, passé 5 000 tr/min, il s’essouffle. Seulement, il pâtit de ce manque de réactivité caractéristique de la très grande majorité des 3-cylindres : le sport n’est pas son affaire. De plus, quand on le cravache, il boit comme un trou alors qu’en usage normal, il se contente de 7,5 l/100 km en moyenne. Pour sa part, la commande de boîte n’apprécie pas trop d’être brusquée.

citroen-ds4-4

C’est bien dommage car pour sa part, le châssis étonne. Assistée de façon électro-hydraulique, la direction, d’une consistance et d’une précision de très bon aloi, se révèle moins muette que celle d’autres compactes et l’ESP est permissif. Sur les routes plutôt glissantes de la vallée de Chevreuse (celles de l’essai de la DS3 THP165), on peut jouer à faire survirer légèrement la DS4. Et si on débranche complètement les aides électroniques, celle-ci conserve son bon équilibre nimbé d’une jolie adhérence. Elle devient même amusante, car on doit gérer la motricité et les dérives de l’avant puis de l’arrière, toujours prévisibles donc jamais dangereuses. Le plus étonnant, c’est qu’elle vire pratiquement à plat et ne voit pas ses trajectoires perturbées par les bosses. Un très beau travail de mise au point, ce châssis se montrant plus vif et mobile que celui d’une Golf VII par exemple. Quant au freinage, il ne suscite pas de critique négative et la pédale autorise même le talon/pointe.

citroen-ds4-ar

Dommage dès lors qu’à cause de sa mécanique plutôt paisible, cette DS4 se déguste plutôt en conduite pépère. Autant prendre une HDI 120, on consommera moins sans perdre en performances vu le couple de 300 Nm…

Face à la concurrence

Disponible dès 23 250 € (sans malus), la DS4 Puretech 130 est moins chère qu’une Alfa Giulietta T-Jet 120 (23 800 € + 900 € de malus) moins puissante mais plus vive. Une Audi A3 TFSI 125 revient à 26 310 € (malus neutre) en 5 portes. Une Golf TSI122 demande 23 890 € minimum, aussi la Citroën paraît-elle bien placée. La So Chic réclame 25 750 € et la Urban Life 27 200 €.

Pour le reste

En option à 310 €, on trouve la Connect Box. Une pression sur la touche SOS en cas d’accident, les secours vous géolocalisent de suite et l’assistance arrive plus vite. Ce système dispose aussi d’un Pack Monitoring informant sur les échéances entretien et prodiguant des conseils d’éco-conduite , d’un Pack Mapping permettant de vérifier l’usage qui est fait de la DS4 quand on la prête ainsi que d’un Pack Tracking transmettant aux forces de l’ordre la position de la voiture en cas de vol.

citroen-ds4-5

Essai Citroën DS4 Puretech130, vraiment premium ?
Caractéristiques Moteur : 3 cylindres, 1 199 cm³, turbo, Puissance maxi : 130 ch à 5 500 tr/min, Couple maxi : 230 Nm à 1 750 tr/min, CO2 : de 116 à 120 g/km, poids : 1 255 kg (9,65 kg/ch), 0 à 100 km/h : 9,9 sec, Vitesse maxi : 198 km/h, Prix de base : 23 200 €, En vente : maintenant.
MOTEUR70%
COMPORTEMENT80%
QUALITE & DESIGN75%
CONFORT & PRATIQUE85%
EMOTION50%
Les +
  • Confort impressionnant
  • Châssis assez joueur
  • Prix intéressant
Les -
  • Finition perfectible
  • Boîte trop longue
  • Moteur paisible
72%Note Finale
Note des lecteurs: (48 Votes)
60%

7 Réponses

  1. Rom

    J’aime les DS mais cette DS4 est vraiment insipide et beaucoup trop proche de la C4. Elle n’a pas l’image de ses 2 soeurs et fait un peu »faux premium »: valoriser un premium qui n’en est pas un nuit à l’image de la marque elle-même: intérieur cheap, motorisations trop sages, fenêtres AR qui ne s’ouvrent pas et qui dévoile trop le partie pris de l’économie industriel, pas de version sportive pour la valoriser (elle va exister alors cette DS4R?)… Ce n’est pourtant pas une mauvaise voiture mais les véritables premiums offrent définitivement des produits plus valorisants.

  2. PLUSQUELLEC Yann

    « A bord, on retrouve grosso modo la planche de bord de la C3″… Très grosso et pas du tout modo, alors… Notre essayeur journaliste aurait besoin de lunettes…

    • PLUSQUELLEC Yann

      lol… c’est pas bien grave.
      Moi j’adhère assez à l’esprit pacifié de cette voiture. On lui reproche d’être insipide et de trop ressembler à une C4… Mais C’EST une C4 décalée ! Ce n’est pas une tare! Reproche-t-on à une A3 coach de trop ressembler à une A3 Avant? Mais pourtant, il y a beaucoup moins d’éléments de carrosserie en commun chez les 2 Citroën que chez les 2 Audi… Et par-contre, on a aussi reproché à la DS4 à sa sortie, d’en faire un peu trop dans « l’exotique », avec cette foison de plis et de nervures en tous genres censés dynamiser le style… Faudrait savoir !On lui reproche ses vitres arrières fixes… Mais la DS4 se voulant un peu « Coupé 4 portes », on pourrait plutôt vanter ces 2 portes supplémentaires qui sont un plus et que n’ont pas (pas plus que des vitres arrières descendantes, d’ailleurs) ses rivales A3 et Golf en version 2 portes (qui dans leurs gammes font office de « coupés »). Moi, je vois que c’est une voiture au comportement rigoureux, efficace et sécurisant, à la personnalité affirmée, confortable, aux performances largement suffisantes. Que demander de plus? Il n’a jamais été question que ce soit une bombinette !!! Je trouve que le choix assumé de Citroën de la positionner un peu en marge des modèles « grand public » est un choix intelligent et tout à fait dans l’air du temps. S’il va forcément avec des chiffres de ventes plus faibles, ils sont quand même loin d’être ridicules.

      • monsterjayjay

        On n’a jamais reproché à la DS4 son coté exotique puisqu’il n’existe pas ! Audi, c’est Audi et d’ailleurs on reproche aux allemandes leurs ressemblances entre les gammes. DS et citroen sont positionné différemment. Hors la DS4 n’apporte rien de plus qu’une C4 qui est une excellente auto. Sauf, si on veut payer plus cher la même chose. Mais la critique est de même pour Audi. Personnellement, je trouve la golf aussi bien finis que l’A3 et elle n’importe rien de plus non qu’une Golf sauf le prix supérieur et une version ultra sportive avec la RS3.

      • Joky

        Je pense que Citroën s’est planté avec la DS4. Elle aurait du n’avoir que 2 portes pour la différencier de la C4. Une version 2 portes pour une compacte n’existe plus chez PSA. La DS3 marche bien et se distingue bien d’une C3,
        Les 2 portes supplémentaires n’ont amenées que des critiques (journalistes entre autre) petites portes anguleuses et dangereuses pour les enfants, glaces arrières qui ne s’ouvrent pas, peu de place à l’arrière, accessibilité alors que tous ces défauts ne seraient pas apparus en 2 portes

  3. Rom

    Mais la version Sportback de l’A4 est la 5 portes, normal qu’elle reprenne les éléments stylistiques que l’A3 3 portes!
    Sinon je suis d’accord sur le soupçon d’originalité, mais il n’y en a pas assez. Sur le fait que ce soit une bombinette, il en a été question, c’est sûr. Et en plus d’apporter du soin au chassis, trains roulants.., ça apporte aussi en termes d’image, et ça lui manque.
    Enfin, pour ce qui est du coupé 4 portes, je ne suis pas du tout d’accord, elle n’a rien de coupé. Les versions 2 portes soignent désormais leur look pour faire coupé, mais aucune sportivité ne transpire de cette ligne différente (à souligner) mais trop consensuel ! Et ce positionnement est certainement le plus concurrentiel de tous!

Laisser un commentaire