Sortie en 2007 et restylée en 2011, l’Audi S5 adopte désormais un nouveau moteur. Exit le V8, place à un V6 suralimenté, émissions de CO2 obligent. Mais l’agrément de conduite y gagne-t-il au change ?

Audi S5/Standaufnahme

Technique

L’élégant coupé S5 a dû passer par la case downsizing, en mettant de côté le V8 FSI atmosphérique de 4,2 l au profit  d’un V6 3,0 l à compresseur, celui de la S4. Pour les puristes, le V8 très musical reste au catalogue sur les modèles les plus sportifs de la marque : la R8 mais aussi la RS5. Au passage, le coupé perd 21 ch mais conserve autant de couple (440 Nm) sur une plage de régime plus grande. Ainsi, la S5 devient plus politiquement correcte, le V6 permettant d’afficher des valeurs moins prohibitives de consommation et de rejets de CO2 : 8,1 l/100 km (- 20%) et 190 g/km au lieu de 283 auparavant.

car_photo_593407_25

Côté transmission, la boîte à 6 rapports (manuelle ou automatique) laisse place à la S-Tronic uniquement, la fameuse boîte robotisée à double-embrayage. La S5 de dote désormais d’une direction assistée électromécanique capable, par exemple, en cas de freinage sur un sol qui serait glissant d’un seul côté, d’assister le conducteur par de légères corrections afin de maintenir le cap. Un nouveau paramètre du système Audi Drive Select est disponible : toujours en quête d’efficience, ce mode assouplit la réponse de l’accélérateur et réduit la puissance accordée à la climatisation. De ce fait, l’autonomie est prolongée, pratique lors de longs voyages. En tant que modèle ‘S’, ce coupé s’associe à la transmission Quattro obligatoirement.

Au volant 

Audi S5/Innenraum

Comme attendu, la S5 offre des similitudes avec la S4, gabarit et V6 étant communs. Certes, la sonorité bien rauque du V8 a disparu, mais le nouveau moteur sonne merveilleusement bien en charge. De plus, il a l’air plus performant que le V8 atmosphérique. Le couple délivré reste inchangé, cependant il intervient 600 tr/min plus tôt. Ce nouveau moteur se comporte de façon similaire  au V8 à bas régime et offre beaucoup de puissance jusqu’en haut du compte-tours, finalement comme un bon moteur atmosphérique. En accélération sur les 3 premiers rapports de boîte, un bang survient à l’échappement, cette petite détonation provenant d’une coupure artificielle de l’allumage. La nouvelle S5 effectue le 0 à 100 km/h avec 0,5 sec d’avance sur l’ancien modèle V8, en 4,8 sec seulement, ainsi la RS5 n’est qu’à 3 petits dixièmes, de quoi faire beaucoup hésiter ceux qui considèrent l’achat d’une RS5. Cette dernière est 127 ch plus puissante et dispose d’un vrai V8 à l’ancienne.

Audi S5/Standaufnahme

La direction assistée électromécanique est loin d’être parfaite, cependant, elle offre plus de précision et de ressenti que la plupart des systèmes similaires montés chez la concurrence. La consistance du volant demeure assez artificielle, mais celui-ci donne assez d’informations concernant les limites d’adhérence du train avant, de sorte qu’on se sent en confiance pour attaquer les virages on l’auto suivra la bonne trajectoire. En temps normal, le système Quattro place 60 % du couple sur l’essieu arrière pour un comportement typé propulsion et peut y envoyer jusqu’à 85 % dans une situation le nécessitant. Notre modèle d’essai dispose du différentiel Sport, qui vectorise le couple entre les roues arrières lors d’une accélération franche en sortie de virage. C’est efficace, la S5 peut adopter un équilibre légèrement survireur à l’accélération tout en demeurant très rassurante. Si vous privilégiez le plaisir de conduite, définitivement vous devez cocher cette option  (1 160 €).

Le coupé sportif, équipé de l’amortissement piloté (1 020 €), nous a agréablement surpris sur les routes espagnoles. Via le Drive Select, on peut régler dla réponse de l’accélérateur, l’amortissement et la boîte à vitesses sur leurs modes les plus acérés. On se retrouve avec une auto très vive (mais dont les presque 1 700 kg demeurent sensibles) et plus sympa à cravacher que la RS5. Inévitablement, ces réglages assez pointus ne conviennent pas à certaines de nos départementales, en triste état. Mais c’est pire encore sur les modèles à amortissement passif : le comportement se désunit complètement. Du coup, on est obligé de lever le pied. Embêtant pour un coupé présenté comme sportif. C’est pourquoi nous recommandons fortement la suspension active sur ce modèle. Autrement, les 1 675 kg iront rebondir où bon leur semble…

Audi S5/Standaufnahme

Face à la concurrence

Les deux concurrentes les plus proches sont germaniques : les BMW 435i et Mercedes C350, toutes deux moins puissantes de 27 ch. La S5 renvoie une image sportive et technologiquement plus poussée, cependant son prix apparaît de 15 000 et 19 000 € supérieur à celui des 435i et C350 respectivement. La BMW en finition M est notre coup de cœur, notamment grâce à la possibilité de choisir entre la boîte automatique ou manuelle. La 435i est sensuelle et agréable à regarder, mais elle dispose aussi d’un équilibre châssis convaincant.

Audi S5/Standaufnahme

Pour le reste 

Si l’intérieur de la S5 a pris un coup de vieux face à la plus récente série 4, il peut se doter de tout l’équipement hi-tech imaginable, y compris un hotspot wi-fi.

 

 

Source : EVO

S. D.

Essai Audi S5 Coupé 2014, S comme sénior ou sport ?
Moteur : V6 turbocompressé 2 995 cm3 Puissance : 333 chevaux à 5 500 tr/min Couple : 440 Nm à 2 900 tr/min Boîte automatique à sept rapports CO2 : 190 g/km Vitesse maxi : 250 km/h (limitée électroniquement) 0 à 100 km/h : 4,9 sec. Consommation mixte : 8,1 l/100 km (constructeur) Prix : 69 180 €
MOTEUR80%
COMPORTEMENT75%
QUALITE & DESIGN75%
CONFORT & PRATIQUE70%
EMOTION75%
Les +
  • Moteur ayant du caractère
  • Performances proches de la RS5
  • Consommation et émissions en baisse
Les -
  • Comportement moyen sur route dégradée
  • Moins fun que la série 4
  • Prix élevé
75%Note Finale
Note des lecteurs: (64 Votes)
54%

Une réponse

Laisser un commentaire