Voici l’objet de tous les vices, présenté par Mercedes : un roadster SLK fonctionnant au mazout, avec un 4 cylindres par-dessus le marché. Une première pour ce type de voiture chez Mercedes. Evo en a pris le volant pour savoir si nous étions en présence d’une hérésie ou d’une auto en accord avec son temps. 

Technique

Le bloc plébéien en question c’est celui-ci : un 2.1L CDI de 204 chevaux provenant de la lointaine cousine classe C. 204 poulains pour un roadster, le chiffre de décoiffe pas au premier abord, mais il faut l’associer à la valeur de couple « dieselesque » de 500 Nm disponible dès 1 600 tr/min. Avec une telle force, la SLK peut prétendre à des reprises confortables, et même allonger le 0 à 100 km/h en 6,7 secondes, le tout avec une consommation donnée pour 5,0l/100km en cycle mixte (à condition de ne pas répéter l’exercice du 0 à 100km/h trop souvent…) et 124 g CO2/km.
Le pack AMG dont est équipé notre modèle d’essai ne signifie pas pour autant qu’il a côtoyé les SLS sur la chaine de montage. A l’image d’un pack « M » chez BMW, c’est essentiellement un effet cosmétique reposant notamment sur l’adoption de jantes de 18 pouces et d’une suspension abaissée de 10 mm.

Au volant

Précédant la Z4 diesel dont les rumeurs persistantes annoncent la venue prochaine, la Mercedes se permet donc d’ouvrir le bal des roturières en robe du soir. Au premier tour de clé cependant, force est de constater qu’elle ne fait pas illusion. La sonorité claquante n’est pas celle d’une voiture de sport, et celle-ci ne s’améliore pas vraiment en roulant.
Avec tant de couple disponible bas régime, il est facile de faire « cirer » les pneus lors des démarrages pieds à la planche, surtout si la route est un peu grasse, mais cela ne semble pas naturel avec cette motorisation.
Le SLK est certes doté d’une tenue de route sans reproche mais sa conduite ne peut pas être qualifiée de particulièrement « fun ». La boite automatique sept rapports de série s’accouple bien avec ce moteur, elle est bien étagée mais il faut sélectionner le mode Sport ou Manuel pour obtenir une réponse assez vive à l’accélération.

La suspension sport se montre très ferme, surement trop pour les acheteurs potentiels de ce SLK CDI qui souhaitent à priori un cabriolet confortable et économique, c’est pourquoi nous leur conseillons d’opter pour la suspension classique.

Face à la concurrence

Dans le même registre des roadsters, la seule concurrente se trouve être l’Audi TT quattro 2.0L TDI, qui s’offre à partir de 43 700€. C’est un peu plus cher que la SLK (43 500€ avec la boite robotisée ou 41 100€ avec boite manuelle) pour une puissance moins élevée (170 chevaux et 350 Nm de couple). Reste que la plus farouche rivale de la SLK sera sans doute la Z4 diesel…

Pour le reste

Dans le cadre de notre essai, la consommation a tourné autour de 8 litres au cent en conduite dynamique et 5,5l/100 km en conduite coulée. On peut ajouter au crédit de cette version mazoutée que la version essence de même puissance (204 chevaux) coute 3 900€ de plus. Vu comme ça, les économies en matière de consommation seront tout de suite applicables.

 


Edouard Alex

Essai : Mercedes SLK 250 CDI
Caractéristiques techniques Moteur : 4 cylindres turbo diesel de 2 143 cm3 Puissance : 204 chevaux à 4 200 tr/min Couple : 500 Nm à 1 600tr/min CO2 : 124 g/km Boite automatique à sept rapports Vitesse maxi : 244 km/h 0 à 100 km/h : 6,5 secondes Consommation mixte : 5,0 l/100km (constructeur) Prix : à partir de 41 100€
Moteur70%
Comportement70%
Qualité & Design85%
Confort & Pratique60%
Emotion75%
LES +
  • Un roadster économique en carburant
  • Couple élevé
LES -
  • L'accent a été mis sur l'économie et non la sportivité
  • Moteur diesel pas très discret
72%Note Finale
Note des lecteurs: (24 Votes)
50%

4 Réponses

  1. Benoît Gagnon

    J’ai une mercedes SLK 250 2012 avec moteur essence
    Comportement routier excellente puissance en mode sport me suffi pour faire des balade à ciel ouvert
    C’est une automobile pour se faire remqarquer avec une allure extraordinaire et la facture n ‘est pas pour tous le mondes
    Bravo à Mercedes-Benz

  2. Rom

    Je ne comprends toujours pas comment on peut conjuguer diesel et cabriolet, d’autant plus un roadster deux places. C’est pour moi une hérésie complète et ce n’est pas un discours de gazophobe. Il est pour moi tout à fait possible de prendre du plaisir avec un véhicule diesel, je roule d’ailleurs quotidiienement avec ce carburant, je comprend aussi l’engouement pour les grosses motorisations diesel mais dans un cabriolet, c’est inenvisageable !!

  3. Jean-Marie MONREYSSE

    Bonjour
    J’ai un SLK 250 cdi acquis neuf en décembre 2013. Depuis ce n’est que du bonheur. Pour ceux qui ne comprennent pas pourquoi un diésel pour un coupé cabriolet et bien j’ai une réponse : »Essayez cette voiture ! » Elle a un couple fantastique et dans mes chères Pyrénées je joue facilement. Cette voiture me donne du bonheur à chaque usage. Bien sur son prix de 51 000 €, avec quelques options, peut faire peur pour un roadster deux places mais quand on aime on ne compte plus ….. Pour ceux qui se posent des questions sur la consommation de la « bête » et bien celle-ci reste très sage. Sur autoroute, sans dépasser le 130 en 6ème la voiture ne consomme que 4,6 litres !!!! En jouant sur les rapport dans les Pyrénées en allant en Andorre la voiture n’a pas dépassé les 7 litres. Pas grave, en Andorre le gazole n’est qu’à 0,90 € !!!!!!!!!!!
    Allez bonne route à tous.

Laisser un commentaire