Cantonné au seul 1.2 litre TCe de 115 ch en essence, le break Renault Mégane offrait plus de puissance aux amateurs d’huile lourde. Une donnée à conjuguer au passé après que le constructeur au Losange vient de révéler la Mégane Estate GT 220. Ou quand le break citadin se revendique plus sportif. Un joli pari au final…Chez Renault, on a changé son fusil d’épaule concernant la Megane Estate dont l’offre des motorisations s’articulait très majoritairement autour de blocs mazout. Et tant qu’à faire autant en offrir avantageusement.  Cette série reprend ainsi un bloc dérivé du 2.0 l turbo de Mégane R.S mais, comme son nom l’indique, dans une exécution de 220 ch et 340 Nm pour 7,3 l/100 km à 169 g/km de CO2 (présence du start & stop). Un break citadin sportif essence, l’initiative est louable… Et la Ford Focus ST SW (250 ch, 360 Nm, 7,2 l/100 km à 169 g/km de CO2) entre autres dans le viseur.

Et sur le plan du châssis, Renault précise que celui-ci a été développé sur la base du châssis Sport de la Mégane R.S. Un gage très bon comportement donc. En complément, on note aussi des liaisons au sol spécifiques, des pneus haute performance de la Mégane R.S (sans précisions supplémentaires), une direction assistée électrique spécialement calibrée pour le châssis GT et un dispositif de freinage adapté au caractère sportif de la version. Bichonné cette Mégane Estate GT220 !

Le style ne tombe pas dans le too much mariant une livrée de carrosserie bleue avec des éléments en noir (rétroviseurs, diffuseur, écopes avant et barres de toit.) On peut aussi apprécier ce rappel au ton noir à travers les jantes « Serdard » de 18 pouces noires vernies. Un badge GT 220 et des poignées ton caisse complètent la panoplie extérieure.

Quant à l’habitacle, le traitement décliné laisse apprécier une plaque numérotée GT 220 ou un pommeau de levier de vitesse spécifique en acier. Pas de quoi se prendre pour un pilote pur donc, ceci n’étant pas la fonctionnalité première de cette version finalement agréable. Il vous en coûtera 30.050 € pour une commercialisation démarrant le 27 novembre. 30.050 € soit quelques centaines d’euros de moins qu’une Focus ST SW.

Source : Renault.

Crédit images : Renault.

6 Réponses

  1. Japman

    Pas la marque que je préfère mais j’aime beaucoup cet état d’esprit hélas de plus en plus rare !
    Car certe il y a des extrémistes comme moi qui ne jure que par la grosse cavalerie !
    Mais pourquoi privé les moins excités mais ayant tout de même la flamme sacré, de pouvoir s’acheter une voiture avec des perfs correctes et une bouille pas désagréable !
    Les mentalités changent !
    Le diesel n’étant plus en odeur de sainteté ça aide !
    La preuve même Ford suit cette voie :-)

  2. Ed

    L’idée est sympa mais je trouve que Renault aurait pu faire un effort supplémentaire sur le design, dans le même genre il me semble que la Focus ST SW semble plus agressive..

Laisser un commentaire