Quand l’indécence rime avec la folie… Un exemplaire ô combien particulier de la dernière supercar de San’Agata Bolognese pourrait atteindre un prix d’adjudication record. Oui, un tarif terriblement dispendieux pour un modèle réduit à échelle 1:8 si la vente aux enchères la voyant proposée atteint finalement les le montant avancé. La crise ? Quelle crise ?

L’artiste allemand (et ancien ingénieur Mercedes) Robert Gülpen est donc l’homme à l’origine de la réplique, à échelle 1:8, de la Lamborghini Aventador LP 700-4. Il aurait passé plus de 500 heures à réaliser cette miniature laquelle, attention, aurait demandé plus de deux millions de billets verts pour sa réalisation et l’assemblage de matériaux plus nobles l’un que l’autre.

C’est que cette Aventador en réduction a été réalisée à partir de platine, fibre de carbone (comme la grande), pierres précieuses et, évidemment, or massif. Et pour boucler la boucle, l’artiste a incrusté force diamants dans les sièges, le volant et les blocs optiques. Les visiteurs du salon de Francfort pourront du reste la découvrir religieusement protégée dans son écrin de verre dont la particularité est de détenir un blindage pare-balles.

Par la suite, le modèle réduit sera mis aux enchères chez Sotheby ou Chrystie à New York ou Dubaï au prix de départ de 4,8 millions de dollars ou 3,5 millions d’euros au taux de change actuel.

Précisons quand même que sur la somme finale, l’artiste allemand a déjà indiqué qu’il reversa 500.000 € à divers organismes de charité. Qu’elle soit adjugée en euros ou en dollars, cette Aventador réduction devrait donc s’adjuger au minimum douze fois plus cher que la supercar roulante. Indécent.

Euh, non, tout bien pesé (dont son pesant d’or évidemment !) vous me mettrez douze vraies Aventador : à la rédaction de Speedfans on n’est pas contre une compétition monotype du genre…

Source : Luxury Launches.

Laisser un commentaire