TVR est depuis quelques années dans le brouillard. Son dernier propriétaire, le russe Nikolai Smolenski, après n’avoir su redresser l’affaire tente de revenir avec un nouveau véhicule. Il était annoncé un concept pour le festival de Goodwood en juillet 2010, mais rien portant l’insigne TVR n’y a débarqué. Smolenski se serait brouillé avec l’entreprise en charge du développement de l’auto. Celui-ci devrait tout de même se poursuivre après que le russe ait déclaré avoir trouvé un nouveau collaborateur. Ce sera AC Heritage, basée en Grande-Bretagne.
Et le projet de retour est toujours le suivant : Une base de TVR Tuscan roadster (photos), un moteur GM issu de la Corvette. Ce sera finalement le V8 6.2 compressé LS9 de 647 ch et 820 Nm. Et la production pourrait poser ses valises en Allemagne ou même en Afrique du Sud. Smolenski ne prend pas de pincettes et annonce que l’ère Wheeler (Peter Wheeler, ancien patron de TVR de 1981 à 2004, avec qui sont arrivé Speed, Chimaera, Cerbera, Tuscan, Tamora, T350 ou Sagaris) est terminée. Fini donc les moteurs ‘maison’ et la production anglaise. Et à la question : sera-t-elle toujours une marque so british ? Smolenski pense que les plus passionnés répondront non. Mais, lui, semble s’en contrefiche. Certes, avant de concevoir ses propres moteurs, TVR a déjà utilisé des blocs américains, et la préoccupation du russe est de proposer une voiture financièrement accessible, quitte à délocaliser la production. De bonnes intentions ? Depuis sa reprise de TVR en 2004, Smolenski n’a cependant pas brillé par son excellente gestion et sa vision de la marque. Le doute est donc permis.
Ce nouveau véhicule à moteur Corvette sur base de Tuscan est maintenant repoussé à 2012. Smolenski a également renoncé à son ambition de voir des TVR aux quatre coins du monde, la production finale ne prévoyant que 250 unités par an. Un véhicule pour le moment nommé MD-1. So british ou pas, authentiquement TVR ou pas, le résultat devra au moins conserver une âme de monstre mécanique décalé pour garder une part de l’esprit de la marque.
Et de toute manière, quoi que l’on veuille, Smolenski annonce vouloir aller jusqu’au bout alors… Ne reste plus qu’à patienter jusqu’en 2012, ou bien jusqu’au prochain rebondissement du feuilleton.

Laisser un commentaire