Bien souvent, les préparateurs allemands se préoccupent de quelques sportives italiennes. Mais cette fois-ci, c’est exactement le contraire. Le préparateur italien – qui s’avère être avant tout un team de compétition – s’en est effectivement pris à la berline C63 AMG. Le nom de cette entreprise : Romeo Ferraris. Malgré un nom très ‘Fiat Group’, Romeo a donc ici préféré Mercedes. Tant pis pour Giulietta. Mais il est vrai que la petite berline à l’étoile dans laquelle a été rentré au chausse-pied le fabuleux V8 6.2 AMG peut sembler autrement plus séduisante qu’une banale compacte italienne.
Fort de son expérience en compétition, Romeo Ferraris se propose alors d’installer sur la C63 AMG une suspension réglable ainsi que des jantes de 18’’ typées course plus légères. Le gain total est de 10 kg pour un travail d’amortissement facilité. Pour le reste, le préparateur fait dans le classique : une reprogrammation de l’électronique moteur ainsi que la pose d’un nouvel échappement sport jusqu’au collecteur – une manière de voir le V8 expirer plus confortablement. Résultat : 547 ch contre les 457 d’origine. La DR520 préparée par Mercedes est battue. Avec une puissance digne d’une vraie Ferrari, 612 Scaglietti, cette Romeo Ferraris pourra franchir la barre des 100 km/h en seulement 4,0 sec, les 200 km/h en 12,5 sec, avant de dépasser les 300 km/h en pointe (contre 4,5 sec, 15,2 sec respectivement pour le modèle de série). Des chiffres Ferraresques, cela tombe bien. Pour cohabiter avec ces nouvelles performances, le différentiel a été recalibré ou le freinage renforcé.
Quant à la préparation esthétique, ça n’est pas ici l’ostentation. Le préparateur italien se plait tout de même à opter pour une couleur de toit distincte du reste de la carrosserie. C’est un peu sa marque de fabrique ; une touche que l’on retrouve sur ses modèles de compétition. Pas bavard, l’italien ne communique pas sur les tarifs de la transformation.

Laisser un commentaire