Inutile de préciser qu’aux Etats-Unis, la Mustang est un peu une institution. C’est de l’ordre du patrimoine culturel, la Ford Motor Company ayant été à une certaine époque plus triomphante que ces temps-ci. Peut-être afin de renouer avec cette splendeur passée, les vieux yankees tatoués de l’ovale bleu à la vie à la mort ont dans leurs bureaux pris une décision : faire revivre une de leurs madeleines. Une série très spéciale de la Mustang. Un retour plus réussit que celui de Gordini.

Au cours de son existence et jusqu’à maintenant, la Mustang a vu passer un nombre impressionnant d’éditions spéciales (Shelby, Mach, K-Code, Cobra Jet, Bullit ou plus récemment SVT Cobra ou Iacocca…). Ceci afin de rabattre le caquet de ses concurrentes, offrir toujours plus de chevaux à la louche et attiser la passion des fans de ponycars. Une d’entre elles s’est particulièrement faite remarquer outre-Atlantique ; la Boss. Comme son nom le laisse deviner, elle était là en 1969 pour devenir la plus performante d’entre toutes, et dominer la meute. D’abord il y eu la Boss 302. Les réglages de son châssis étaient largement revus, son freinage renforcé, les pneumatiques rainurés avec parcimonie et le moteur était totalement remanié, capable de grimper davantage dans les tours. Bien sûr, elle avait également droit à un traitement esthétique particulier. C’était la Boss. Il y eut ensuite une Boss 429, brute controversée, et la très efficace – pour une Mustang – Boss 351 qui paracheva la lignée. Depuis, plus rien. La seule boss dont l’absence était peu réjouissante.Mais Ford relance le genre avec une Mustang Boss 302 prévue pour 2011. Une fois encore, le patronyme est adéquat. Le constructeur américain annonce qu’il s’agira là de la Mustang la plus efficace de tous les temps. Rien de moins. Pour cela, son châssis sera – toujours désuet mais – retravaillé avec des éléments de suspension, d’amortissement et de filtration plus fermes. L’embrayage sera issu de la compétition, l’échappement revu, la direction sera maintenant réglable, et le freinage renforcé. Sous le capot, le récent V8 5.0 de la Mustang GT verra sa puissance passer de 412 à 440 ch (quand la 302 de 1969 développait 290 ch, disons, officiellement…) tandis que le couple culminera à 515 Nm. La vitesse de pointe s’annonce limitée à 250 km/h et l’auto devrait tout de même pouvoir encaisser jusqu’à 1.0 g en latéral. Un différentiel Torsen pourra être coché en option et une édition encore plus spéciale nommée Boss 302 Laguna Seca fera son apparition : habitacle dépouillé, sièges baquet et arceau cage. Des modifications qui ne pourront en aucun cas être disponibles en après-vente. On a ici une vraie série spéciale, pas un vulgaire kit.

Si la Boss 302 désignait en 1969 la Camaro Z/28 comme sa meilleure ennemie, Ford a désormais pris comme référence la BMW M3, pour ses performances de premier ordre – la Z/28 étant sur le chemin du retour mais encore sur la liste des absentes. Ainsi, Ford annonce sa Boss 302 capable de vaincre une M3 sur le très technique circuit de Laguna Seca… Soit. Il est vrai malgré son essieu arrière rigide, la Mustang n’est pas la plus maladroite, mais son châssis dépassé et son poids élevé n’en font pas exactement une chasseuse de M3, surtout en bout de ligne droite. Mais, si c’est la Boss qui le dit… Tout de même le retour d’un véritable mythe pour nos amis yankees ?

Mustang Boss 302 de 1969 et 1970. Rare et… sexy?

Laisser un commentaire