McLaren célèbre son joyau. Celui créé par Gordon Murray, et que la plupart des passionnés vénèrent. L’une des autos les plus remarquables et désirables jamais produites : Difficile à contester, encore aujourd’hui, alors que la McLaren F1, c’est elle, fête cette année 2010 ses 20 ans d’existence.
À Woking, centre technologique de McLaren (Angleterre), se sont rassemblées pour l’occasion vingt et une F1 de route comme de piste. Le plus grand nombre enregistré pour une telle réunion. Jamais autant de McLaren F1 ne s’étaient retrouvées au même endroit en même temps. Le pays des merveilles pour quelques heures. La caverne d’Ali Baba peut aller se faire voir.
C’est en 1990 que la F1 a vu le jour sous les coups de crayon et de génie de ses créateurs. C’est ensuite en 1992, à Monaco, que McLaren présentait au monde son premier modèle routier. La première F1 fut alors livrée en 1993. Le début d’une épopée fantastique. S’en suit une production d’un peu plus d’une centaine de véhicules (106 exactement), et quelques titres prestigieux gagnés en compétition. 64 F1, 5 F1 LM et 3 F1 GT : bilan de production pour les modèles susceptibles d’être domptés sur route. Puis 28 F1 GTR vouées au circuit, et six autres prototypes seront construits. C’est d’ailleurs un de ces prototypes routiers qui en 1998, a envoyé la McLaren F1 au rang de voiture de production la plus rapide du monde. Avec plus de 386 km/h au compteur. Et sans suralimentation s’il vous plaît. Un record toujours en place pour une auto à moteur atmosphérique.
Précisément il s’agit d’un V12 BMW atmosphérique de 6064 cm³ produisant entre 600 et 680 ch, suivant les différentes versions : F1 (1993-1998) 627 ch/1140 kg ; F1 LM (1996) 680 ch/1062 kg ; F1 GT (1997) 627 ch/1120 kg. Voilà pour les modèles routiers. La compétitrice GTR était limitée à 600 ch mais a vu son poids diminuer au fil des ans : 1050 kg (1995), 1012 kg (1996), 915 kg (1997). Une masse contenue autant pour les modèles de route que de course grâce à l’emploi massif de fibre de carbone. La McLaren F1 a été la toute première auto a utiliser une monocoque carbone. La première Formule 1 dans ce cas était d’ailleurs aussi une McLaren.
Une méthode reprise par la relève, la MP4-12C. Certes une relève un peu moins musclée qui jouera dans une catégorie inférieure. Mais une relève tout de même, et vraisemblablement des plus sérieuses. On attend d’ailleurs deux autres modèles McLaren dans les prochaines années à venir. L’aventure McLaren ‘Automotive’ est loin d’être terminée.
Bref, à Woking en ce mois de mai 2010, la famille s’est réunie. En voici quelques clichés zalléchants.

Sans doute la seule expression du visage disponible au volant d’une McLaren F1.

Laisser un commentaire